Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Roc d'Azur 2012 : mon Roc Challenge

17 Octobre 2012, 19:25pm

Publié par Fred06

2012-10-11-10-33-34.jpg

 

Le Roc Challenge ce n'est pas pour les "petits mollets" ! Avant même de prendre le départ de cette rando un peu plus technique et physique que le Roc d'azur, il faut prendre la direction de Roquebrune sur Argens. Pas de navette : on y va à la force des... mollets ! Etrange sensation toujours de quitter la base nature et l'effervescence du coeur du Roc pour se retrouver sur la place du village avec seulement 200 autres vététistes. L'ambiance est plus intimiste et détendue que sur la ligne de départ du Roc. 2012-10-11-11-47-48Tellement détendue que l'organisation a oublié la sono pour donner les consignes avant le départ. Pas de problème : le toc départ sera donné à la voix...

Avant c'était le Roc Altitude qui partait de Roquebrune, maintenant, c'est le Roc Challenge. Les noms changent, mais l'intérêt de partir de Roquebrune est le même : on est tout de suite plongé dans le coeur des Maures. Pas de piste cyclable. Aprés 1 km, on quitte le goudron pour du bon single ludique. Pas d'embouteillage au moment d'attaquer les premiers virages. Tout roule ! Un bout de piste et hop, on plonge dans le single du ravin du Clos. Rapide, amusant, un brin technique. Du bon VTT qui se poursuit par une grosse montée sur une piste sablonneuse. Un peu trop... Ma chaîne n'aime pas se traitement et se brise... Une première fois. Vite une réparation avec un bon vieux dérive chaîne. Je prends le soin de nettoyer toute la chaîne une fois la réparation terminée. Et hop, en selle ! Pas pour longtemps... Au bout de 10 mètres l. La chaîne est à ramasser dans le sable, à renettoyer avant de la reréparer. Heureusement les concurrents qui me dépassent se montrent sympa et solidaires. Mais ils me dépassent et très vite je me retrouve quasiment à la fin du gruppetto. Il n'y a plus personne, ou presque. Rester concentré. Ne pas s'énerver et insulter ce bout de ferraille articulé dont de la (bonne et fluide) collaboration va dépendre le reste de ma course. En fait cette p... de chaîne est en fin de vie. Une belle chaîne XTR qui n'a pas survécu aux conditions humides du premier jour de l'Ultra Raid de la Meije. Je répare, mais la chaîne est bien courte et mon dérailleur bien tendu...

Le reste de la course se fera avec la plus grande tendresse dans le passage des vitesses... Je suis également privé d'un passage sur le grand plateau et de certaines combinaisons. Ces deux incidents et cette chaine trop courte me feront perdre quasiment une heure.

Mais pour l'heure se savoure cette seconde descente sur une piste d'enduro en sous-bois, avec virages relevés et passages rapides. Savourer !

Il y a encore une bonne descente technique du côté de l'Escaillon, ensuite c'est la longue montée vers le col de Valdingarde. Une montée sous un crachin Breton, mais avec une température azuréenne. Dommage, les nuages bas cachent le panorama.

Aprés Valdingarde et le ravito, il faut encore monter et porter pour gagner les crêtes et un beau parcours aérien. La descente qui suit est encore enduro et assez rapide. On rejoint la colline de la Flute en empruntant, à contre-sens, un ancien parcours du Roc d'Azur. Montée rude à la Flute, puis c'est à nouveau la descente technique vers le vallon de Nicoles. Avec les années, les passages et les intempéries, elle est de moins en moins roulante.

Maintenant direction le col du Bougnon. Un petit coup de s bien. Je descends pour pousser. Au ravito de la citerne, mauvaise nouvelle : il n'y a plus rien à se mettre sous la dent ! Je poursuis vers le col du Bougnon, le passage le plus mythique du Roc, avec le sentier des douaniers. Personne pour assister à mon passage. Seulement deux ou trois autres concurrents. C'est pas la foule. Il pleut et de toute façon, je ne monte pas toute sur le bike. C'est pas la grande forme cette année. Tant pis ! La mer est en vue. En avant !

Descente de la Gaillarde, puis montée de la dalle en béton. Zou, tout sur le vélo !

C'est ensuite le radada derrière le lotissement et le nouveau passage dans la colline de Reydissart. J'aime bien cet adieu aux Maures avant de redescendre vers Villepey : c'est rapide, ludique, technique et traître. Il faut rester concentré pour ne pas finir dans un buisson, ou pire, à terre ! L'année dernière j'y avais brisé une chaîne... A non, cette chaîne ! Pour l'instant, elle tient.

Etang de Villepey et hop la plage. Mauvaise surprise : il est trop tard et pour des raisons de sécurité l'orga a fermé le sentiers des douaniers. Cette année c'est ASO qui est aux manettes. Si la sécu et l'orga sont au top, ou presque (pas de sono au départ et un ravito pas assez fournis) on ne plaisante pas ! Pas de sentier des douaniers. je file donc direct vers la base nature, sans pouvoir passer le grand plateau. Tant pis, je ne fais pas le Roc. Juste le challenge. Pas de pression.

Un petit sprint pour le plaisir et c'est la ligne d'arrivée aprés 5 h 58 de plaisir.

Game Over. A l'année prochaîne.

2012-10-11-18-08-23

 

 

Commenter cet article