Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Retour sur le Roc d'Azur

7 Octobre 2012, 18:52pm

Publié par Fred06

 

 

 

http://www.rocazur.com/img/commun/logo_ROC.pngJ- 4 avant l'ouverture de l'édition 2012 du Roc d'Azur. Une édition marquée par le changement d'organisateur. Pour la première année ce sera ASO qui prendra en charge le (bon) déroulement de ce grand barnum sportif et économique, devenu au fil des ans le plus grand rassemblement de VTT au monde. A quoi ressemblera cette nouvelle édition ? Réponse jeudi matin...

 

En attendant retour sur quelques souvenirs des anciennes éditions du Roc...

Le Roc d'Azur a bien changé

 

Article publié en 2007 sur ce blog

 

J’avais laissé le Roc d’Azur à Ramatuelle, une journée d’octobre 1995. C’était, je crois, sa douzième édition. Douze ans plus tard, à Fréjus, cette épreuve de VTT est devenue un gigantesque barnum : 15 000 participants, 100 000 spectateurs, des courses toute la semaine et un salon où l’on peut constater l’évolution de la planète VTT. Les grandes marques ont déboulé avec leurs nouvelles machines (en vente d'ici quelques semaines), leurs mécanos (pour l'assistance gratuite aux coureurs), leurs catalogues sur papier glacé (pour baver), leurs commerciaux (pour vendre les vélos) et ce cirque n’a rien à envier aux salons automobiles, à la foire de Nice, ou à la fête de la Bière à Munich (bon, j'exagère un peu...). Ambiance société de consommation et une première impression : le Roc d’Azur s’est transformé en fantastique machine à faire du « cash ». Il est loin le petit salon de Ramatuelle, où les marques exposaient sous quelques dizaines de tentes. Où l’on s’alignait avec un vieux Gitane sans suspension et avec un maillot fluo, un survet’ Adidas et des chaussures de rando. Quelques souvenirs du Roc de Ramatuelle reviennent : la dernière montée pour aller au château Voltera après le fantastique parcours sur le sentier du littoral, la vue sur le golfe de St-Trop’ et la dernière descente, que j’ai presque toujours faite sur la jante…

 Douze ans plus tard, sur la base nature de Fréjus, il y a un peuple pas possible, des montures à plusieurs milliers d’euros, des snacks et bars où l’on peut se restaurer, des stands où se vendent, ou alors se font désirer, des super chaussures, des maillots anti-transpiration, et du matos avec des lignes, des suspension et un poids pas possible… En parallèle au Roc, une compét’ de Bi-Cross fait un chahut très jeun’s. Après avoir retiré dossard et plaque, vérifié l’heure de ma vague de départ pour dimanche, sur le Roc 55 km, un petit tour sur la ligne de départ, où s’alignent les coureurs du Master Roc.

L’instant rappelle les départs de Ramatuelle : le speaker, le décompte, la tension qui monte et les premiers coups de pédale avec le rythme cardique qui s’affole. Mais où est passée la fameuse rivière en crue à traverser et la boue des sentiers de Ramatuelle ? Réchauffement de la planète oblige, il ne pleut plus avant et pendant le Roc. En avant pour une nouvelle reco. Le parcours est bien fléché, les secours présents aux descentes délicates, aux carrefours les organisateurs très sympas. A la route, je file au col du Bougnon pour m’intégrer aux coureurs Roc Marathon et au Master Roc, histoire de retrouver des sensations. 1995, c’était hier. Dans la course, les vélos sont plus techniques, mais l’ambiance est quasi identique avec un peu moins de stress (on est sur des Roc plus cool que la compèt’ et j’ai retrouvé ceux des dernières vagues). Dans les montées les coureurs se parlent, s’encouragent. Au bord des chemins, certains s’étirent, d’autres se ravitaillent, ou récupèrent. Plusieurs changent la chambre à air… Dur le Roc 88 km. 

La fin du parcours, avant de retrouver la plage est bien technique, et le passage sur la plage plutôt fatigant, même si je n’ai que 30 bornes dans les pattes. Comment je serai dimanche, avec 50 km au compteur et encore 5 à faire ?

Pour tout savoir sur le Roc : www.rocazur.com

Roc d'azur 2007

blog_roc_1.jpg
Le départ du Roc d’Azur, 55 Km, reste un grand moment. Quand la corne de brume donne le « top », une énorme vague de concurrents s’élance. Dans la poussière, le cliquetis des pédales automatiques qui s’enclenchent, les craquements des chaînes de pédalier qui forcent, et les cris de joie, on se sent comme transporté, obligé de suivre le rythme… ou de se laisser piétiner ! L’impression de puissance collective dégagée par cet instant est grisante.
Moins d’un Km plus loin, cette vague vient se briser sous le pont qui traverse l’Argens. Juste le temps de reprendre son esprit et son souffle. Et puis le mouvement reprend : voilà l’étang de Villepey, la traversée du camping et enfin la première montée sur piste. Le souffle est court. Les jambes brûlent. Les poumons s’affolent. Le corps cherche encore à trouver le rythme de la course, mais déjà il faut en changer. Tout le temps.
Groupée, la foule des coureurs s’étire, puis se reforme. Lors de la troisième montée, plus technique après le domaine viticole, le serpent multicolore du Roc glisse le long des collines. On l’aperçoit jusqu’au sommet de la Flûte. Et justement, sur la piste de la montée de la Flûte, la magie de cette course est au rendez-vous. Devant ? Des centaines de coureurs à l’assaut de la colline. Derrière ? Des centaines de poursuivants qui soulèvent un nuage de poussière.
Km 11. Après le premier faux plat qui permet de prendre son rythme, la longue montée met les jambes à rude épreuve. Au fur et à mesure la pente se redresse et de plus en plus de pilotes mettent pied à terre, pendant que des avions, restés sur leur monture, doublent à toute vitesse, se frayant un passage à coup de sonores « à droite », «  à gauche », «  au milieu ». Au dessus, un hélicoptère filme la scène.
La descente dans le vallon de Vaucoulongue prend des airs d’enduro géant, ou de chevauchée fantastique : de la poussière, des machines lancées à toute allure et des suspensions malmenées… La piste est rapide, les virages serrés, les pièges à éviter constants. Et dans ce vallon, dévasté par les flammes il y a quelques années, l’ambiance est sévère et les branches des arbustes calcinées attendent qu’une chose : agripper le pilote trop généreux dans sa trajectoire. Doubler ? Oui, c’est possible, mais à condition de tout lâcher, de s’accrocher fermement à son guidon et de tenter le tout pour le tout. Pour les croyants, il est conseillé de prier. Pour les autres, la concentration et l’appel aux techniques de pilotage sont recommandés. Pour les étourdis, regarder ses serrages de roue… Grisant ! A ce petit jeu-là, certains ont moins de chances que d’autres. En vas du vallon, plusieurs pilotes réparent une crevaison, une chaîne cassée, ou un pneu qui a explosé. Quand se n’est pas le bonhomme qui a morflé…
Et après la descente, la montée. Les traceurs du Roc d’Azur ne connaissent pas le mot « plat ». Il faut maintenant filer vers la Bastide Neuve. Bien se caler sur sa selle. Essayer de trouver le bon rythme, celui qui ne brûle pas trop de forces, mais permet tout de même de rester dans le jeu.
Km 26. Au Carrefour de Peygros, des dizaines de VTT sont couchés à même la piste. Des concurrents qui ont abandonnés ? Non, plutôt ceux qui s’arrêtent au ravitaillement. Celui-là, il est le bienvenu ! Mais pour atteindre la table, avec ses ¼ d’orange, ses verres d’eau et ses morceaux de banane, il faut faire preuve d’agilité et enjamber ses tas de cadres et de roues. A 1 mètre du banquet, nouvel obstacle ! Des gars en sueur, recouverts de poussière et à l’hygiène douteuse s’agglutinent devant la bouffe. Il faut jouer des coudes dans une joyeuse ambiance pour se restaurer, vite ingurgiter quelques nourritures, puis reprendre la route en essayant de retrouver son VTT dans le tas de bécanes qui ne cesse de s’agrandir.
On reprend la route, mais au bout de 200 mètres, la piste est bloquée : embouteillages ! Tout le monde met le pied à terre. Pour les parisiens qui ont fait le déplacement, il n’y a rien de dépaysant là-dedans. Les habitués des grands rassemblements de VTT n’y voient rien de surprenant. Ceux qui font régulièrement le Roc sont également habitués. Difficile de faire passer 4 000 coureurs, même lancés par vague de 400, sans encombre. A un moment, tout le monde se rejoint et ça bloque.
Je ne préfère pas parler de l’affreuse montée qui va suivre, pour s’échapper du vallon de la Garonette et gagner la piste de Cabasse, qui offre un petit moment de répit, avant de descendre dans le vallon du Bernard. La piste est bien cassante la montée par fatigante. Enfin un autre ravitaillement, à 2 km du col du Bougnon. Le col du Bougnon. Dans le petit monde du VTT, ce lieu est mythique. Pourquoi un tel engouement ? Pour le public : à cause de l’accès facile, et de la piste raide et courte qui offre un beau spectacle. Pour les coureurs : pour la vision sur la mer une fois le col passée, parce ce que les grosses difficultés sont maintenant derrière. Il reste à partir de là moins de 17 km, mais la course n’est pas terminée pour autant. Au non !
Il faut remonter au sommet de la colline de la Lissandre par une courte, mais fatigante côte, après 43 Km de course dans les pattes. Puis la descente dans les bois de la Gaillarde est cassante. Il faut rester concentré et faire attention à ne pas crever ou casser. Quant à la montée par les Terrasses vers le Boucharel, c’est une belle vacherie : une pente très raide sur une dalle de goudron au départ, puis un faux plat et encore une belle grimpette dans 2 virages. A partir de là, la course contre la montre s’engage. Il faut rallier l’arrivée le plus vite possible, sans faire de faute, et en ménageant ses jambes pour éviter la crampe. C’est à ce stade là que les effets d’une bonne, ou mauvaise, gestion de course se font sentir. La sanction est sans appel : on se jette à terre, le visage crispé et la jambe raide, comme plusieurs coureurs en font la démonstration, allongés au bord du chemin.
Ensuite, le sentier suit les courbes de la colline de St-Aygulf. C'est-à-dire qu’il monte, descend, monte et descend sans trop se soucier de l’état de fatigue des coureurs. C’est nerveusement épuisant. Enfin la dernière descente dans le vallon du Reydissart. Il reste moins de 7 km de course et à part la traversée de la plage, les difficultés sont TERMINEES !
Km 51. Voilà la plage de la Galiote. On doit la traverser une première fois. Monter des escaliers et rejoindre le fameux passage du sentier du littoral. Il n’est pas comparable à celui de Ramatuelle, mais le charme des passages techniques en bord de mer opère. Revoilà la Galiote et son sable fin. Le passer en courant, un main sur le tube de selle. On s’enfonce moins qu’en marchant. Et sauter sur le vélo pour rejoindre la piste cyclable. 3 Km de plat et de bitume à faire à fond, les jambes qui brûlent et le cœur qui s’affole. Pédaler parce que cette piste cyclable semble ne jamais se terminer. Enfin le pont sur l’Argens. Dans moins d’un Km la ligne d’arrivée. La fin se fait sur une piste sinueuse. Elle ressemble presque un parcours de BMX sur lequel on peut se faire plaisir à prendre un virage relevé, ou un saut. Et au bout, la prairie de la base nature, avec le chemin balisé vers cette ligne d’arrivée qui semble ne jamais vouloir se rapprocher. Pédaler comme un dératé, tout donner et enfin entendre le « bip » qui flashe la puce électronique de son dossard.
Je n’ai pas vu passer les 4 h 58 mn de mon Roc d’Azur.
Savoir +
Parcours : 55 km et 1 450 m de dénivelé positif.
Premier : 2 h 15. Dernier : 7 h 50.
Mon classement : 2 308 sur 3 750 à l’arrivée. Plus de 4 000 au départ.

Commenter cet article