Le BMC Trailfox 2014, le couteau Suisse en plus grand

Publié le 15 Octobre 2013

blog-20131011_221204.jpg

Un Enduro 29' à 150 mm de débattement ? Il y a quelques mois la chose paraissait impensable. Et puis Specialized a sorti sa machine, créant l'évènement dans le petit monde de la presse VTT. BMC a suivi en faisant évoluer son Trailfox, pour le présenter en 2014 comme le couteau Suisse du VTT mais «  avec une plus grande lame ». Au passage la firme de Grenchen s'offre une beau film publicitaire avec, à la fin, une chute toute trouvée.

C'est ce VTT que j'ai pu tester lors du salon du Roc d'Azur. Plus précisément le modèle TF01 29 XX1 Trailcrew.

Première constation visuelle, avant d'enfourcher le monstre : le BMC Trailfox en 29 est plutôt élancé. Ses lignes et la déco font penser au Fourstroke 29 en 100 mm. L'ensemble est épuré. Pas de renfort qui casse la ligne du cadre. Un triangle avant, un triangle arrière. C'est simple et donne une impression de fonctionnement cohérent. En tout cas, on n'a pas l'impression de se trouver en face d'un Enduro ou d'une usine à gaz. Rassurant !

blog-20131011_185603.jpg

 

Le modèle testé est le Trail Fox TF01 XX - 1 Trailcrew. Cette belle machine se situe dans le haut de la gamme. Cadre en carbone, transmission Sram XX -1 mono plateau, fourche Float 34 CDT... Du beau matériel qui affiche un poids contenu de 12, 3 kg sans les pédales. Pas mal pour un 29 en 150 mm ! Côté porte-monnaie, il va falloir s'alléger de 6 999 eurospour acquérir un tel bolide. Un prix vraiment élevé pour s'amuser en montagne...

J'enfourche la machine avec un certain plaisir. La position est bonne : on se sent presque assis dans un fauteuil (en exagérant un peu bien sur). Le top tube est long, mais la potence est courte. On est bien calé sur la selle pour pédaler et affronter les chocs. Ni trop sur l'avant, ni trop sur l'arrière.

Sur la piste cyclable qui conduit aux Maures, le bike ne se traine pas. Suspensions verrouillées il avance plutôt bien. On est peut-être un peu trop sur la selle pour bien pédaler sur du bitume, mais bon, c'est un Enduro et il n'est clairement pas fait pour le plat. En tout cas, il n'y a pas de perte flagrante d'énergie. Le faible poids du cadre carbone et la qualité des roues, des DT Swiss Spline, y sont certainement pour quelquechose.

blog-20131011_155942.jpg

Première montée. Je dévérouille la suspension pour passer en mode Climb et monte les vitesses à l'arrière. On n'est pas sur un XC, mais le VTT grimpe plutôt bien pour un Enduro. C'est dans les montées plus techniques et défoncées que la suspension joue tout son rôle en procurant un bon grip. Il faut juste s'habituer à la transmission Sram mono plateau.

Première descente. Enfin ! Je bascule la suspension sur Descente et appuie sur les pédales. Le système Fox ne pompe pas trop. Le VTT accélère vite. Premier virage. On ne se croirait pas sur un 29 tant la direction est vive et précise. C'est une fois encore dans les passages défoncés que les roues de 29 et les 150 mmm des suspensions révélent ce VTT. Il semble avaler les obstacles et les ornières. Il faut bien maintenir le cap et tout passe ou presque. La tige de selle rétractable permet de basculer vers l'arrière pour encore plus de sécurité. C'est jouissif !

blog-20131011_185113.jpg

Dans les singles étroits et sinueux, il faut faire attention à la largeur du cintre, sinon pour le reste le VTT est plutôt agile et ludique. Il se faufile bien entre les arbustes, permet de prendre de l'angle dans les virages et de relancer sans y laisser ses jambes (même si une fois de plus on n'est pas sur le Fourstroke). J'adore !

Bilan : ce VTT est pensé pour l'Enduro mais il conviendra, sur ce modèle Trailcrew, aussi bien à ceux qui roulent en montagne ou sur les terrains défoncés du Sud-Est de la France. En revanche, j'ai essayé une version haut de gamme. Je ne sais pas si les version moins nobles, plus lourdes et moins nerveuses, permettront de jouer aved autant d'aisance sur un programme All Moutain.

Les +:

Confort

Polyvalence

Suspensions

poids/suspensions

Nombre de modèles au catalogue

Les - :

Prix élevé

Rédigé par Fredaventuralpines

Publié dans #Test matos

Repost 0
Commenter cet article

Ronan 15/10/2013 19:01


J'avais lu le compte-rendu sur l'essai du Fourstroke lors du Roc d'Azur 2012. Vous étiez aussi enthousiasmé que moi après le test.


Cette année, je voulais essayer des vélos enduro (Kona Process pas essayable) et des vélos similaires au mien (Lapierre Zesty et Camber trop tard).


Je suis très déçu par le Lapierre. J'ai l'impression qu'il pourrait aisément se passer de la suspension électrique puisqu'en mode "Descent" il semble très pédalable. Je vais attendre l'article
sur le blog.

Fredaventuralpines 16/10/2013 17:41



Bonjour,


Merci du commentaire.


Le test du Lapierre est en ligne. J'ai eu la même impression que toi.


Bonne lecture.



Ronan 15/10/2013 17:29


On a essayé les mêmes biclous.


J'ai bien aimé ce Trailfox, mais il est moins polyvalent que mon Fourstroke Trailcrew.


Je n'ai pas pu essayer correctement le Lapierre Zesty Trail. Mes pieds touchaient les bases (beaucoup trop large) à chaque coup de pédale. Comme je trouve qu'avec la suspension électrique c'est
une usine à gaz et que le poste de pilotage était beaucoup trop haut, j'ai fait un essai très court. Je n'ai pas réussi à le cerner. Qu'en as-tu pensé ?


J'ai essayé les GT Force et Sensor. Le Force demande un pilotage de bourrin, il doit être bien en enduro. Le Sensor est très facile à prendre en main, assez fun. Mais je préfère mon Fourstroke à
grandes roues.

Fredaventuralpines 15/10/2013 18:25



Amusant !


Je roule sur un Fourstroke en 100 de suspension et je le trouve super polyvalent, plus que le Trailfox. Ton Trailcrew est je pense le meilleur compromis.


Pour la Lapierre, je vais faire un Cr de mon test sur le blog, mais idem : mes chaussures touchaient les bases (bon, je fais du 44 mais c'est pas une raison), le poste de pilotage était un peu
haut et j'ai pas aimé la gestion électronique des suspensions.