Dans la tête de Kilian Jornet

Publié le 13 Janvier 2013

 

http://www.u-run.fr/wp-content/uploads/2011/08/Kilian-jornet-skyrunning.jpg

 

Kilian Jornet ?

Impossible d'ignorer ce catalan, quand on s'intéresse au milieu de la montagne. En quelques années ce «  sky-runner » est devenu une star de la discipline : quatre fois champion du monde de Skyrunning, champion du monde de ski de montagne, triple vainqueur de l'UTMB... Ce sportif de 23 ans repousse les limites en pulvérisant de nombreux records de courses à pied : ascension du Kilimandjaro, Transpyrénée, intégrale du GR 20... Récemment Kilian Jornet a annoncé vouloir s'attaquer au record d'ascension du Mont Everest. Entre autre...

Kilian Jornet est surtout un sportif de plus en plus médiatisé qui sait jouer des réseaux sociaux et autres moyens de communications modernes. Sur facebook ou Twitter on peut tout savoir, ou presque, de ses sorties, Kilian alimentant presque quotidiennement ses comptes. Sur son site internet, il est aussi facile de suivre ses entraînements. Enfin, plus facile à suivre derrière un écran que dans la vraie vie... Parce que sur les sentiers Kilian fonce, semblant survoler les difficultés avec un physique parfaitement adapté à ce type d'efforts : 1,71 m pour 56 kilos, une fréquente cardiaque au repos  de 34 battements par minutes, 8% de graisse... Bon j'arrête-là pour ne pas vous casser le moral !

Un extraterrestre ! C'est d'ailleurs un de ses surnoms.

En quelques mois Kilian Jornet est devenu une icône de la montagne, remplaçant les Berhault, Boivin, Edlinger, ou autre Lafaille, tous tombés au champ d'honneur ou disparus... Alors que les autres grands alpinistes du moment se font discrets lui, tourne dans de nombreux films videos visibles sur internet, pour le compte de son sport principal SALOMON, s'affiche dans des diverses pubs, et surtout tisse sa toile.

Il est vrai qu'il évolue dans deux domaines qui sont plus porteurs, en ce moment au prés du grand public, que l'alpinisme : le ski de rando connaît une nouvelle jeunesse et le trail surtout, porté par des sportifs comme notre catalon et des évènements comme l'UTMB, devient presque aussi populaire que le bon vieux jogging.

Kilian brouille également la frontière entre ces sports, inventant une nouvelle façon d'aller et d'être en montagne : la vitesse, la légèreté, la simplicité et la solitude. A l'image d'un Jean-Marc Boivin, qui utilisait les skis ou le parapente et cherchait à pulvériser des chronos sur des voies, Kilian mixte avec bonheur l'alpinisme avec le trail, comme lors de son ascension du Kilimandjaro ou surtout lorsqu'il relie Courmayeur à Chamonix par l’Innominata en 8h43 ! Ce dernier record, «  difficilement imaginable pour le commun des mortels et la plupart des alpinistes de cette planète » d'après le Dauphine Libéré a été réalisé dans le cadre de son projet : "summits of my life".

Où sont les frontières ? Où sont les limites ?

http://thucydide31.files.wordpress.com/2012/02/kilian-courir-ou-mourir.jpg

Pour comprendre le phénomène, on peut lire «  Courir ou Mourir  - le journal d'un Sky-runner » que Kilian vient de publier chez Outdoor-editions.

Au premier abord, la philosophie dégagée par ce livre est simple, voir simpliste : «  courir ou mourir » est le journal de bord d'un gagnant. Barbant ?

Pas vraiment. Très vite on est attiré par la vie atypique de ce jeune homme plutôt sympathique qui, à 18 ans a choisi autre chose qu'un «  travail, une famille, de quoi remplir son frigidaire, une voiture, un endroit pour vivre ».

Vomme il l'écrit, «  Je vivais dans un studio de 18 mètres carrés. Je partageais l'appartement avec un ami, même s'il y avait souvent plus de cinq ou six personnes qui dormaient par terre ». «  C'est ainsi que derrière ces murs et avec l'envie de détruire nos corps à force de nous entraîner est née la Fuenri's factory. Un groupe d'amis avec deux idées en tête » écrit Kilian : «  des mètres et encore des mètres  ». C'est à dire «  s'entrainer et participer à des compétitions  ».

Le récit qui suit, de ses entraînements et ses courses, est passionnant. Une écriture simple, mais efficace. Et surtout, le plus intéressant : les détails à découvrir sur son état d'esprit, sur sa préparation, son mode de vie et ses sacrifices «  pour sentir son ventre humide couper le ruban d'arrivée ». «  Rarement un athlète aura été autant capable d'exprimer les pensées qui sont les siennes quand il court » est-il écrit sur la quatrième de couverture. Et c'est-là tout l'intérêt de ce livre.

Le reste est connu : comme Obélix, l'extra-terrestre est tombé dedans quand il était petit. Un père gardien de refuge, une mère qui l'accompagne en montagne et l'incite à découvrir la nature, à sept ans son premier 4 000... Tout cela est secondaire.

Ce qui nous intéresse ici, c'est d'être dans la tête de Kilian Jornet le temps de l'accompagner à travers la montagne et de lire 180 pages, sans perdre  son souffle. Le souffle, important en trail !

 


 

 

 


 

 

Rédigé par Fred06

Publié dans #Livres de montagne

Repost 0
Commenter cet article

Ski et montagne 18/01/2013 08:43


J'ai lu son livre : à recommander à tous les amoureux de montagne. Ce garçon est impressionnant et mérite qu'on parle de lui.


Merci pour cet article.