Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Crêtes de Prals en VTT

15 Novembre 2012, 19:54pm

Publié par Fred06

pour-web.jpg

Voilà un petit moment que je voulais aller promener les crampons de mon VTT à la Baisse de Férisson. Pourquoi ne pas y aller maintenant, en novembre ! Beau temps annoncé pour la journée, neige au dessus de 2 500 mètres en versant sud et une belle mer de nuages : une journée idéale pour du vélo de montagne, à condition de ne pas trop trainer : la nuit tombe tôt, trop tôt...

Mais avant d'arriver à Férisson, il faut pédaler. Départ de Belvédère pour plus de 1 500 mètres de montée, sur 10 km, via une petite route, puis une piste forestière et enfin, un sentier alpin, après la bergerie de Férisson. C'est long... Très long et on a le temps de se l'imaginer cette Baisse.

Un peu après la bergerie, le sentier grimpe et l'ambiance se fait alpine. Un chamois vient de me couper la route. Il est déjà très loin quand je relève la tête. Avec mon bike sur les épaules et les effets de l'altitude, je n'avance pas vite.

2254 m. Enfin la Baisse de Férisson avec sa croix en bois. Ambiance montagne : d'un côté le littoral noyé sous la mer de nuage, de l'autre les crêtes frontalières du Mercantour avec le Gélas, sous une couche de neige bien blanche.

Prochain objectif : la tête de la Lave à 2375 m via un sentier en balcon plutôt étroit, mais roulant. Le sol est gelé et au passage des pneus, il se craquèle. Un peu de portage et voici la Tête de la Lave. Pour rejoindre la cime du Pertus et surtout la cime de la Valette de Prals (2 496 m), il faudra rouler – et surtout pousser – dans la neige, mais l'ambiance est grandiose, avec cette impression d'avancer dans les airs.

A la Valette de Prals, la loooongue montée de 1 600 m de dénivelés est maintenant derrière mois. Ouf ! Tout le monde descend !

Et pour commencer, glissades sur une neige dure pour rejoindre la Baisse de Prals. A l'Adret, pas de neige. A l'hubac, c'est tout blanc jusqu'à 2 200 m d'altitude. Quel contraste ! Il me faut encore pousser et porter dans la neige pour atteindre le single de descente vers le hameau de Saint-Grat.

Huit cents mètres de chute (libre) m'attendent maintenant. Le début du sentier est ludique à travers la prairie d'altitude, mais il devient vite cassant et trop technique pour pouvoir tout le temps rester sur le vélo. Je pousse, ou porte en descente, jusqu'aux bergeries. Ensuite, ce sera des virages serrés, des parties pierreuses en sous-bois, négociées sur le vélo, mais à faible vitesse, ou à pied. L'ambiance est toujours aussi belle, mais la descente un peu décevante par rapport à l'investissement de la montée. Tant pis, le charme de la montagne en automne opère.

A Saint-Grat, personne ou presque. Le hameau est déjà en mode hiver. Il est 15 h 30. J'abandonne l'idée d'aller faire un tour dans le vallon de Terre Rouge, pour garder une marge de sécurité par rapport à la nuit. Je file à Belvédère par la route.

Une belle journée de vélo de montagne. Du vrai !

Commenter cet article