Mon année montagne 2007

Publié le 2 Janvier 2008

Adieu 2007. Bonjour 2008 ! Avant d'aborder une nouvelle année et de préparer quelques projets de courses au coin d'une table, ou de rêver à d'autres que l'on n'aura pas forcément le temps de vivre, je vous propose un rapide retour en photos sur quelques aventures alpines de l'année dernière. De la montagne, à ski, à VTT, à pied, en crampons, ou sur le bout des doigts et la pointe des pieds...

Janvier : l'hiver s'annonce sec. Peu de neige en montagne et des températures trop clémentes. Ce sera de la rando au dessus d'Utelle

.

Janvier (encore) : heureusement le haut Verdon est plus enneigé que le Mercantour. Au dessus d'Estenc, sur la crête de la Sanguinière, on grimpe au ciel avec les skis sur le sac à dos. Mais quelle chaleur pour un mois de janvier !

Mars : le soleil couchant enflamme les aiguilles de Chamonix, recouvertes d'une blanche pellicule de neige fraîche. Un spectacle toujours aussi magique.

Mars (toujours) : un groupe de Choucas survole les skieurs qui descendent de la Vallée Blanche. A l'arrière plan, le vent venu d'Italie détachent des christaux de neige et piège le soleil, tout autour de la Dent du Requin.

Mars (décidément) : Petit matin d'hiver en montant au col Mercière, au départ d'Isola. On lutte encore contre le sommeil et le froid, quand :une crevasse ? Non, un pont de neige sur le torrent qui entretient l'illusion de progresser sur un glacier.

Avril : 10 heures. Nous sommes le premier et le seul groupe de skieurs à fouler le sommet du Grand-Paradis. Les autres sont encore loin, en bas. Pas un souffle de vent, pas le moindre bruit, pas d'odeur, sauf celle de la neige et du rocher et un ciel d'un clarté impressionnante. Une descente qui s'annonce fantastique. Le bonheur ?

Mai : De la glace, du vent, du froid et du brouillard. Par mauvais temps, l'arrivée au sommet du Gélas (3 143 m) reste un grand moment d'alpinisme, surtout aprés la traversée par les arêtes depuis le Saint-Robert.

Juin : Le soleil a enfin dépassé les crètes de la Meije, même si, pour l'instant sa face Sud reste dans l'ombre. Il réchauffe les pentes du Rateau. En ce début d'été, les conditions sont délicates sur la traversée "Promontoire-Aigle" par la voie des crêtes. Ce sera pour une autre fois...

Juin : c'est le retour des beaux jours au dessus du hameau de Roya. Soleil, herbe tendre et fleurs... Le Mercantour est un havre de tranquillité.

Juillet : les grands espaces du vallon de Salsa Morena, en dessous du col de la Bonette. Cet espace aussi grand donne l'impression d'être à l'autre bout du monde.

Août : " restaurant, avec vue imprenable sur les Ecrins attend montagnard en mal de repos". Le refuge des Ecrins, au dessus du Glacier Blanc, reste un haut lieu de l'alpinisme.

Septembre : c'est la fin de l'été. Fatiguée par tant de soleil l'herbe a jauni. Bientôt l'automne. En attendant, rien de tel que le VTT pour traverser de grands espaces.

Novembre : Sur la traversée du Cayre Colomb, un alpinisme ne peut cacher sa joie. La photo est facile : une silhouette qui se détache sur l'azur, et tout autour le vide.

Novembre (bis) : l'automne a été généreux pour le rochassier. Au retour de la traversée St-André/Neiglier, l'heure est tardive et le soleil couchant enflamme le fond de l'air. Des couleurs uniques "made in Mercantour".

Décembre : c'est le retour de la neige et du ski de randonnée, cette fois-ci dans le Haut-Verdon, un territoire sauvage. La boucle est bouclée. Adieu 2007.

Rédigé par Frédéric Delmonte

Publié dans #Coup de coeur

Repost 0
Commenter cet article

Clémence 10/01/2008 16:29

Très belle année, bien resumé !
Nous avons bien de la chance de vivre dans cette belle région et d'aimer la montagne  !
 

viking 03/01/2008 21:37

Elle est belle la vie au fil des saisons.