Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

La blanche du Haut Verdon

13 Décembre 2007, 19:30pm

Publié par Frédéric Delmonte

Où trouver de la neige « skiable » en ce début de saison dans le Mercantour ? En Italie, mais il y avait le blocus des poids lourds… Où dans le Haut-Verdon… Direction Villars Colmars, après une pause photo pour immortaliser le lever de soleil sur la Corse et l’île d’Elbe depuis les pré-alpes de Grasse. Au village, il faut quitter la route départementale pour remonter vers le hameau de Chasse et la vallée du même nom. L’endroit, une glacière, est connu pour retenir la neige. A 1 400 mètres d’altitude, elle est là, sur la piste. On continue encore 2 km avant de stopper. 1 530 mètres : départ sur les skis pour remonter le premier verrou de ce vallon et rejoindre les cabanes des Siagnes. L’endroit est désert. A droite, les barres de Maraval. A gauche, le vallon de Chabaud qui conduit au Mourre de Simance, une sommet fréquenté en ski de rando. L’objectif du jour est le « géant » de cette vallée isolée : le Caduc avec ses 2 650 m d’altitude (au milieu sur cette photo). Mais avant de le rejoindre, il faut remonter les 12 km du vallon au charme sauvage. Nous sommes bien dans les alpes de Haute Provence au caractère plus sauvage que le Mercantour. A part quelques cabanes pastorales, une de l’ONF (qui se loue comme gîte) et la vue sur le sommet de l’Autapie (station du Seignus), il n’y a pas de trace de vie. Même la faune se fait discrète. A part quelques oiseaux et des traces de lapins, pas un chamois… Le vallon de Chasse porte bien son nom. En plus d’être (peu) fréquenté par les skieurs de rando, il est surtout le paradis des chasseurs à la gâchette facile… Nous nous éloignons un peu de l’itinéraire de montée classique pour aller chercher la cabane de Sangraure et traversée une très belle forêt de mélèze. Il faut faire la trace dans 30 cm de poudreuse. Après une hésitation, car le manque de sous-couche nous fait craindre un massacre des semelles pour la descente, nous décidons de continuer de tracer, pour le plaisir. Toujours personne, pas un souffle d’air et le soleil…Un peu plus haut, on récupère le litdu torrent pour le suivre jusqu’au pied du col sans nom, celui marqué « 2511 m » sur le carte. Quelques belles conversions plus tard, on se retrouve sur la crête Est du Caduc… Mais la neige a disparu quelques mètres. Plus haut, dans la traversée délicate, la glace. Et enfin les derniers mètres, sur un névé plus doux. On déchausse à nouveau pour gravir une portion en rocher. A main droite, le panorama s’ouvre sur le vallon secret de l’Estrop, avec son refuge, et son sommet à 3000, qui lui donne le statut de « géant » de Provence, avec son glacier (rocheux) en face Nord. 2650 mètres. Du sommet, le panorama est à couper le souffle : on aperçoit les montagnes de Marseille, la Lure, le Ventoux, le Dévoluy, le Queras, le Viso, l’Argentera et le Gélas. Paysage inhabituel pour des skieurs de rando habitués au Mercantour. La descente se fait par l’unique combe bien enneigée. Pente prononcée et poudreuse, font de ces 300 mètres de plongée vers le vallon de Chasse une première descente de rêve pour ma saison de ski. Voir la video : http://www.dailymotion.com/video/x3wp8n_descente-en-ski-du-couloir-est-du-c_sportDans le vallon, la neige porte bien, même si elle devient soit glacée, soit cartonnée. Plus bas, dans la forêt, c’est un massacre : de la poudre lourde et pas de sous-couche… Méfiance ! Heureusement vers 1 700 m, nous retrouvons la piste et une neige plus portante pour nos derniers virages.

Aller plus loin :

 

carte IGN 3540 OT

Départ : aprés le hameau de Chasse, au dessus de Villars Colmar, à 1530 m, si piste accessible. Sommet 2650 m. Le vallon est long et offre plusieurs oportunités de courses. Prévoir crampons pour le sommet.

Commenter cet article

lolo 02/12/2012 09:52


Salut. Jolie sortie, je l'ai faite cet été et bien envie d'y aller cet hiver. Mais est-ce actuel ces conditions ? De quand date ce récit de sortie ?


Merci