Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

La descente du Baratus à VTT

6 Novembre 2007, 11:20am

Publié par Frédéric Delmonte

Regarder le paysage, ou le sentier ? Cruel dilemme pour le vététiste engagé dans la descente du col de Baratus vers Gars (-500 m pour 3 km) ! Le sentier est technique, avec ses virages en épingle, ses cailloux qui ne pardonnent aucune erreur. Quand à la pente, elle incite à rouler vite… Mais le paysage est à couper le souffle : au fond, les crêtes du Mercantour, un peu sur la gauche le village de Briançonnet, et plus bas la vallée de l’Estéron avec ses formations géologiques surprenantes. Sans parler du festival de couleurs offert par la forêt en cet automne. Alors, admirer le paysage, ou regarder la piste ? Une seule solution : s’arrêter régulièrement pour jeter un coup d’œil et prendre quelques photos.

Si le haut du sentier est fantastique, l’arrivée sur Gars réserve d’autres bonnes surprises. Au détour d’un virage, le village apparaît, éclairé par le soleil. Le sentier devient plus souple, mais aussi plus technique. Une pause devant la fontaine (à sec), puis c’est la traversée du village et la montée par la petite clue qui surplombe la chapelle et le GR.

Ensuite, on rejoint une partie de l’itinéraire VTT du Conseil Général pour descendre, par un vallon inhabité et glacial, vers les Mujouls et sa clue. Ambiance Grand Nord Canadien. On ne serait pas surpris de croiser au détour d’un chemin un Caribou, ou un Grizzly. On emprunte ensuite une portion du GR 4 pour traverser l’Estéron  au Collet des Tirasses, par un pont hymalayen impressionnant pour l'endroit.De là, il faut bien remonter sur les crêtes de Charamel. La piste forestière permet de gagner rapidement la ferme abandonnée des Abdoun, qui offre une vue imprenable sur la clue d’Aiglun, puis de récupérer le GR un moment, avant de porter son VTT pour atteindre le col à 1250 mètres (soit plus de 650 mètres de montée depuis le pont).

Du haut de cette crête, la vue est à couper le souffle sur la vallée de la Gironde, un affluent de l’Estéron. En face, les pistes de Gréolières. Plus bas, le village du Mas, qui disparaît derrière un écran de fumée. Les cheminées sont allumées. D’où nous sommes ces quelques maisons font penser aux villages de montagne de l’Atlas, ou de l’Hymalaya. La descente se fait à contre-jour, sur un sentier, très, très, très étroit, où toute faute est interdite, sous peine de faire une chute de 2 mètres et plus si affinité… On longe en effet des restanques, puis des barres rocheuses et on traverse aussi quelques éboulis.

Au Mas, une halte s’impose à l’auberge du village qui a rouvert. Une très bonne adresse. Il est plus de 17 heures et le soleil s’en va. Trop tard pour monter au col de Bane et rejoindre notre point de départ par l’Arpille. Ce sera la route… A la frontale à partir de l’embranchement avec le col de Bleine.

Infos pratiques : Départ : piste des Issarts après les Beaumelles, à St-Auban. 42 km pour 1200 mètres de déniv. Sur la carte, en pointillé l’itinéraire prévu… On est rentré par la route à cause de l'heure. Temps : un peu plus de 4 heures.

Commenter cet article

jj 06/11/2007 15:25

Salut Fred,
Moi aussi j'aime bien ce coin sauvage et cette descente sur Gars.Il faudra que je teste la partie que je ne connais pas après les Mujouls. Par contre tu as loupé le beau single entre Gars et les Mujouls. A Gars en venant de Baratus tu ne traverse pas l'estéron mais tu pars à droite sur une piste qui se transforme en sentier très ludique; Cela t'amène de l'autre cotè du pont "himalayen"; En général je remonte à Gars par la piste de la mamelle (que tu as pris à la descente) puis enchaine sur Brainconnet et St Auban.
@ +
jj