Escalade par la Fenêtre à la Madone

Publié le 19 Août 2007

 

Je n’étais encore jamais aller grimper sur l’arête Nord Ouest du Grand Cayre de la Madone (au milieu sur la photo ci-dessus). Cette erreur est maintenant réparée. La voie est plutôt facile, mais elle a pour elle un certain nombre d’arguments qui plaide en faveur de son ascension. Tout d’abord, elle donne accès au Grand Cayre, à 2532 mètres, bien visible depuis le refuge.

 

Du sommet, la vue sur le vallon de la Madone et ses sommets est saisissante. Ensuite, son arête Nord Ouest comporte une particularité géologique : elle est trouée, en dessous de son avant dernier petit gendarme. C’est la fameuse fenêtre, ou fenestre que l’on peut apercevoir depuis le sanctuaire. Selon la légende, vers le Xe siècle la vierge y serait apparue, donnant au lieu, la Madone de Fenestre, son nom. Voilà pour l’anecdote.

 

 

Question escalade, la voie cotée AD, est très facilement abordable et permet de « s’y remettre » après une période d’abstinence. Elle fait partie des voies rééquipée, façon Mercantour. Certains relais son en place, et on trouve quelques bons spits aux endroits délicats à assurer, comme le passage en IV après la fenêtre. Pour le reste, il faudra s’avoir jouer du coinceur et du « friend » si on veut progresser en toute sécurité et aménager quelques relais sur sangles.

 

La première longueur se fait sur une pente herbeuse sans grand intérêt. On enchaîne ensuite par des passages en III, dans du rocher à surveiller. La progression le long du fil de l’arête du premier gendarme est plaisante et aérienne. On peut jouer avec les flammes de pierre pour s’assurer et faire quelques jolis pas.

 

 

Le plus intéressant est après. La voie vaut surtout pour ses deux passages les plus « difficiles » : celui avant le gendarme des la fenêtre, un très joli III sup dans un très beau rocher, vertical, mais bien « prisu » ; le second juste après la fenêtre, dans une partie raide et courte, ou l’on peut très bien s’assurer (photo ci dessous).

 

 

Pour  le fameux passage de la fenêtre, nous sommes passés en  contrebas, mais la voie est sur  l'arche naturelle. Sur la photo ci-dessous, prise par la cordée qui était dans  la face Nord du Cayre Barel, c'est moi sur la pointe.

 

 

L’escalade peut allègrement se faire en grosses chaussures, pour ajouter un côté haute montagne à l’entreprise. L’arête sort directement au sommet. La fin se fait en corde tendue. De là haut, on peut admirer l’arête Ouest du Ponset et sa belle face Nord, dans les nuages lors de notre ascension. Ou encore les arêtes du St-Robert et du Gélas, là aussi dans les nuages (photo ci-dessous).

 

 

Lors de ce samedi 18 août, pourtant à la météo agréable et presque automnale (ciel couvert, pas de soleil, ni de grande chaleur), nous avons aperçu que 2 cordées dans l’éperon Ouest du Petit Cayre et 2 autres dans « Vavavoom » dans la face Nord des Cayres Barels. Mais où sont passés les grimpeurs ?

 

 

En savoir +

La voie est cotée AD, entre III et IV. 200 mètres de l'attaque au sommet. Emporter sangles et un peu de quincaillerie. L'attaque se fait depuis la base de l'arête Nord Ouest, aprés avoir remonté un pierrier, puis une vire herbeuse. Petit gendarme caractéristique.

 

Rédigé par Frédéric Delmonte

Publié dans #Grandes voies

Repost 0
Commenter cet article