Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Grande Traversée de l'Estérel

7 Mai 2007, 16:03pm

Publié par Frédéric Delmonte

Voici le récit de ma "Grande Traversée de l'Estérel", ou GTE, réalisée dans un esprit d'aventure et de respect de l'environnement. Le principe d'un GT, ou Grande Traversée ? On prend un transport en commun, au plus prés de son domicile, dénomé point A (bus ou train de préférence), pour se rendre à un point B. Ensuite, à l'aide d'un VTT, de skis, ou de ses pieds, on relie les point A et B et, sin on peut, on regagne son domicile, en quelques heures ou plusieurs jours. Avec ce principe, l'aventure n'est pas forcément à l'autre bout du monde.

Ma GTE commence à la gare de Cannes. Première étape : mettre son VTT dans le crochet prévu pour cela et s’asseoir sur un siège libre. Ensuite pendant 20 minutes, on regarde le paysage : les îles de Cannes, les rochers rouges de l’Estérel et le Mer, d’un bleu profond. Attention, ne pas dormir, on arrive bientôt à Saint-Raphaël.

A la sortie de la gare, étape 2 de notre Grande Traversée de l’Estérel : monter sur le VTT, pédaler et suivre les balisage du GR 49, que l’on retrouve à 50 mètres de la  gare sur les panneaux de signalisation routière.  5 Km plus loin, voilà la première piste qui mène au pas d’Adam : montée technique sur un chemin étroit.

Puis traversée vers la maison forestière et montée au Mont-Vinaigre et ses 614 mètres d’altitude, le « toît » de l’Estérel. De ce nid d’aigle, on a une très belle vue sur le Mercantour enneigé, la baie de Cannes, les montagnes de l’Estérel et la baie de Fréjus/Saint-Raphaël.

La descente est très technique, puis plus roulante, sur une piste très étroite. On retrouve la piste vers le Plan Pinet, pour rejoindre le lac des Ecureuils, haut lieu de randonnée pour les pédestres. Sur ces pistes, on peut faire d'étranges expériences : quand on arrive à fond, avec son VTT, derrière un groupe de randonneurs, ils se jettent sur les bords de la piste, en revanche, quand on les doubles à vitesse lente, ils sourient et disent bonjour.

Après le lac, remontée vers le col de l’Evêque par le vallon des Lentisques, sous un soleil de plomb… Au col, on reprend la route pour gagner le col Notre Dame (et la possibilité de faire la montée en aller-retour au Pic de l’Ours).Au col, c’est le retour de la piste pour gagner le col sous le rocher des Monges. La dernière descente est une bonne piste, avec quelques virages serrés.

On retrouve le bitume au port de la Rague, après Théoules sur Mer. Ce sera Mandelieu et son port qui sent la baraque à frites, puis les plages de la Bocca, avec son bord de mer qui sent la baraque à frites et la crème solaire. Puis, en s’approchant du centre de Cannes, le cycliste a le plaisir de risquer sa vie à chaque voiture qui passe, pédalant le nez dans les gaz d’échappement. Bilan de la virée : 50 km, 1 000 mètres de montée, le tout sans prendre la voiture.

Le parcours :

Commenter cet article