Pluie, vent et V.T.T au Lachens

Publié le 13 Avril 2007

Je vous l’avoue tout de suite : il n’y avait pas grand monde au sommet du Lachens (1 712 mètres) en ce vendredi gris, pluvieux et venteux. On s’avait à quoi s’en tenir : la météo l’avait annoncé, mais nous ne voulions pas rester à la maison à tricoter devant le TV achats. Donc, départ pour le col de Val Ferrière, sur la route Napoléon, entre Escragnolles et Séranon (sur la carte scannée, plus bas, il n’apparaît pas). L’objectif du jour : le Lachens, le toit du Var, un sommet familier, puisqu’on l’aperçoit du bassin Cannois.

Premiers tours de roues sur une large piste qui rejoint le château d’Esclapon. Prairie verte, forêt de conifères, épaisse mousse au sol : on se croirait dans le Dauphinais. Au château, on récupère le GR 49, pour grimper (enfin, pousser le vélo) vers les ruines d’Esclapon où 2 biches folâtrent. Encore un coup de cul et voilà la large piste forestière qui grimpe au Lachens. Avec un puissant vent dans le dos, elle se remonte (presque) sans pédaler.

Le sommet. De la pluie, du froid, les ruines de l’ancienne station de ski « Var Neige » et un bruit pas possible : celui du vent qui s’engouffre dans les antennes relais. On dirait un 747 qui atterrit. Pour rejoindre la piste, il faut descendre plus de 3 km par la route. Cette voie forestière traverse le versant Nord du Lachens. D’abord large, elle se rétrécit pour finir par un « single-track » technique et rapide en sous-bois. Avec la pluie, il est humide, mais quel régal de filer entre les épaisses mousses. Les épingles s’enchaînent…

Enfin, pas toujours avec le vélo entre les jambes !

La traversée de la forêt de la Berque, au dessus de Séranon, se fait en poussant et en essayant d’échapper aux gouttes de pluies qui insistent, de plus en plus lourdement. On passe à proximité de la grotte de la Rouaine, avant de remonter par une large piste vers le Cornet. Ambiance presque Savoyarde.

Voilà la dernière descente, sous une pluie battante, puis la route de Mons et notre col. Fin de la partie après 30 Km, 1 000 mètres de montée et 3 h 40 de pédalage,  « poussage » et portage.

La carte de la sortie :

Rédigé par Frédéric Delmonte

Publié dans #V.T.T

Repost 0
Commenter cet article