Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Descente de rêve dans la Vallée Blanche

12 Mars 2007, 06:25am

Publié par Frédéric Delmonte

 

Il suffit de pousser la porte vitrée pour se retrouver, à 3 798 mètres d’altitude, sur la passerelle qui relie les 2 pics de l’aiguille du midi. A droite le Mont Blanc. A gauche, les aiguilles de Chamonix et plus loin le Dru et la Verte. L’été, on y croise des groupes de japonais qui font voir du pays à leur Nikon, ou des touristes en short… L’hiver des skieurs venus d’Angleterre, de Russie, du Japon (encore eux), d’Allemagne et de plus loin franchissent rapidement le pont pour aller se jeter sur la piste de ski la plus haute du monde : la Vallée Blanche. Beaucoup sont harnachés comme des commandos (casque, protection dorsale, caméra vidéo sur la tête pour filmer leurs exploits).

Ils rejoignent l’autre porte vitrée pour faire chauffer leurs larges skis et leur tenue de montagne toute neuve. De l’autre côté il y a encore quelques mètres à faire dans le tunnel, puis un portillon à franchir, exactement le même que dans un supermarché. Ici, on ne vend pas de l’électroménager ou de la bouffe, mais de la glisse. C’est même la spécialité de « La compagnie du Mont-Blanc ».

 

 

 

Etrange comme sensation. Arriver aussi haut en montagne sans avoir fait un seul effort. C’est honteux ! Mais la beauté du lieu fait vite oublier ce sentiment. Le vide, l’air froid et les rafales de vent rappellent à la réalité. Malgré le monde qui se rue sur l’arête équipée de cordes fixes, pour accéder aux pentes de neige, on se trouve bien en haute montagne, dans un écrin magnifique de hautes falaises de granit et de glacier immenses.

 

 

Le panorama est à couper le souffle, avec une vue imprenable depuis les aiguilles de Chamonix jusqu’au Cervin. Nouvelle confirmation de notre présence en haute montagne avec le vent du Sud qui ramène le mauvais temps d’Italie. En quelques minutes, les nuages franchissent la crête frontalière et gagnent du terrain sur le glacier du Géant. Il faut y aller.

 

 

Les premières pentes en direction du Gros Rognon accueillent une neige douce. Il est tombé 15 cm de fraîche dans la nuit. On passe entre le Gros et le Petit Rognon, et accessoirement sur quelques énormes ponts de neige, attirés vers les séracs du Géant.

 

 

Cette cascade de glace qui s’effondre en direction de la Salle à Manger est véritablement impressionnante. On la franchit en passant rapidement sous les autres Séracs du glacier de l’Envers du Plan, avec une pensée émue pour ses tonnes de glace, situées à quelques centaines de mètres au dessus de nos têtes. A gauche le refuge du Requin, qui prend des airs de restaurant d’Altitude, avec ces dizaines de skieurs qui font un arrêt casse-croûte.

 

 

De l’autre côté, la Dent du Géant, la Noire et les arêtes de Rochefort. En face, les hauts sommets de l’aiguille du Moine ou du Tacul.

 

 

 

Voilà l’espace plat de la Salle à Manger. Descendant du glacier des Périades, un vent violent vient soulever flocons de neiges et glaçons. On profite de sa force pour se faire tracter jusqu’à la Mer de Glace, comme un voilier.

 

 

En quelques minutes, on dépasse le refuge de l’Envers des Aiguilles et de la Charpoua pour se retrouver dans l’axe de la gare du Montenvers, notre objectif.

 

 

 

La Mer de Glace se descend sans problème. Ses crevasses et bédières sont recouvertes d’une bonne couche de neige dure. Il a plu ces derniers jours jusqu’à 2 000 mètres d’altitude. La neige fraîche a donc été tassée et des vaguelettes sculptées. Au passage, elles font vibrer les skis. Les virages s’enchaînent comme sur une piste. Se sont les derniers : il faut en profiter.

 

 

 

Voilà la grotte de glace, le téléphérique, puis le Montenvers. On monte dans le train rouge de la Mer de Glace, avec un dernier regard pour le Dru.

 

 

En ce début de mois de mars, il n’y a pas suffisamment de neige pour descendre en ski à Chamonix et les températures dans la vallée grimpent jusqu’à 10, 15°. Même ici, l’hiver n’a pas été généreux en neige : la descente intégrale de la Vallée Blanche n’a été possible que quelques jours au début de l’hiver.

 

Fiche technique :

Dénivellation : de 3 800 mètres à 1 000 m, quand on arrive à Chamonix, ou à 1 800 m quand on s’arrête à grotte de la Mer de Glace.

Difficulté : PD pour le parcours normal.

Matériel : on skie sur des glaciers. Emporter le matériel de sécurité, et mettre son baudrier. Crampons utiles pour descendre l’arête de départ, équipée de cordes fixes. Emporter des vêtements chauds.

En savoir plus :

 

Pour monter à l’aiguille du Midi : http://www.compagniedumontblanc.fr/

Pour les infos pratiques sur la vallée Blanche : http://www.ohm-chamonix.com/fiche.php?id=40&ling=Fr

Pour les conditions de  neige :  http://www.ohm-chamonix.com/fiche.php?id=02&activite=5&req=2&ling=Fr&ling=Fr

En direct : http://www.compagniedumontblanc.fr/webcams.php

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article