Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Premières traces

11 Décembre 2006, 14:30pm

Publié par Frédéric Delmonte

Tête Mercière - Vallon Mercière
Baisse de Druos
- Vallon de Terre Rouge

Dimanche 10 décembre

1000 mètres de déniv

Première sortie ski de randonnée de la saison 2006-2007, en ce dimanche 10 décembre, au dessus d'isola 2000.

Les conditions. Avant de raconter notre périple arrêtons nous un moment pour répondre à la question que tout le monde se pose : alors, elle est comment ? Réponse : pas trop mal, si on se rappelle les conditions que l'on avait encore en fin de semaine. Mais faut partir de haut, surtout versant Sud. Sur Isola, il est bien tombé entre 30 et 60 cm de fraîche. Il s'agit d'une poudre plutôt lourde et humide en basse altitude. Au petit matin, cela donne une croûte de regel de 2 à 5 cm et une sous couche lourde (si prochaine chute neige le matin ou en fin de nuit, sur croûte gelée, beau plan de glissement et risque d'avalanche ???). Plus haut, elle ressemble à de la neige de printemps. Sur certaine crêtes, c'est un peu soufflé et des avalanches sont à constater : quelques plaques en versant N-O et des purges en versant S. Le ski est encore délicat : croûte+sous couche lourde et rochers+trous. Méfiance donc. Mais c'était jouable. La preuve.

Le récit. 8 h 40 sur la route d'Isola 2000. Après avoir évité les chutes de rocher, les trous dans la chaussée (les rochers...) et le gel sur le bitume, voilà la neige sur la chaussée. A droite, comme à gauche les branches des sapins ploient sous des paquets de poudre blanche. La Savoie ? Non le Mercantour, un massif qui nous réserve bien des surprises côté météo. En faisant abstraction de la station, le paysage est à couper le souffle : tout est d'un blanc pur et les faces du vallon de Terre Rouge porte bien mal leur nom. Un couche de glace et de neige a fait disparaître les rochers. Ciel bleu, pas de vent.

9h. On sort de la voiture et premier danger : le sol est glacé. A en juger, il doit faire entre -5 et -7°. La neige est là. On chausse. Premiers pas : le geste est naturel, toujours aussi agréable. Un ski, puis l'autre, pousser sur les bâtons, respirer, les poumons qui brûlent un peu, admirer le paysage. Le soleil vient d'apparaître derrière le col Mercière. Le premier soleil sur notre première neige. Instant magique.

On monte au col dans l'ombre, avec l'impression d'avoir laissé ouverte la porte du congélateur. Il y a encore quelques jours, il faisait 20-25° au soleil, là on est passé sous la barre des 0°. La transition est brutale. On monte. Un ski, puis l'autre et se plaisir indescriptible de glisser au rythme du crissement des peaux sur la neige, de mettre son esprit au rythme de la progression. On monte vers le soleil. Première conversion de la saison. Manque un peu de souplesse. Puis le col et le soleil, avec tout de suite le panorama sur la vallée de Mollières qui nous saute à la figure. On vient de passer dans un autre monde, avec comme frontière invisible le col de Mercière.

Direction la Tête Mercière à 2491 m, par la crête. Une belle trace toute droite dans la pente, sur un neige dure, mais pas gelée. Comme au printemps.

A notre droite le vallon d'Isola et le col de la Lombarde :A notre gauche, celui de Mollières:

Dans le dos le vallon de Tavels et de la Lause avec la Tête de Claus et des Portettes:

Puis le vallon de Terre Rouge avec le Malinvern :

Du sommet, descente plein S-E. Notre première descente de la saison, sur une neige de printemps. Un régal. Direction les bunkers des Baus Rouges et le vallon de Mercière, jusqu'à l'intersection avec celui de Tavels. Les sapins et mélèzes sont recouverts de neige.

On remonte vers le col Mercière, sous le soleil. Tout à l'heure ont été en plein hiver, voilà le printemps avec sa neige agréable à skier et son soleil qui réchauffe. On casse la croûte au col.

Bernard part essayer ses nouveaux skis sur les pistes. Avec Damien, je remonte en direction du vallon de Terre Rouge.

Au début, on coupe au plus prêt des éboulis de la Tête de la Costasse, dans un chaos de rochers. On se croirait sur la banquise, dans le Groendland. A droite, les grandes faces plâtrées de Tavels et de Costasse, sous nos skis, des vagues de neige et d'énormes trous noir entre les rochers. Quelques ponts de neige cèdent. On débusque un grand lièvre blanc qui s'échappe à toutes enjambées. Avec le soleil et le petit vent froid, l'ambiance est fabuleuse. On rejoint le haut du vallon par le pied de l'arête Ouest de la cime de Tavels.

La neige est bien présente et une grosse avalanche, partie du couloir N de la cime de Tavels, ajoute un peu de piquant au tableau. Dans la combe, une belle accumulation de neige. On trace quelques conversions en direction du chemin d'été qui mène au col. En forme, Damien fait la trace dans une bonne épaisseur de neige. Je le suis, un peu essoufflé. On vient de rejoindre le sentier en balcon. La neige est souple, mais sous l'effet du soleil de gros glaçons se détachent de la paroi et filent à quelques centimètres de nos spatules. La traversée vers la Baisse est aisée. J'en garde un mauvais souvenir. En avril dernier, avec Bernard, nous avions rencontré une belle plaque de glace, juste au dessus des barres rocheuses. Même avec les couteaux, impossible de passer en toute sécurité. Aujourd'hui, c'est un régal. Voilà la Baisse. Trois skieurs, qui ont fait le tour de la cime de Tavels se reposent.

Les vallons italiens du Lac de Valscura sont couverts d'une bonne épaisseur. Le vente et le froid ont dégagé la vallée et il est possible d'apercevoir les villages du piémont.

Côté français, le lac de Terre Rouge est bien gelé.

Nous décidons de redescendre, en prenant dans la grande pente sous le chemin d'été. Encore quelques beaux virages pour commencer la saison.

Puis, nous longeons le lac pour récupérer l'itinéraire de randonnée, qui sera plus facile à descendre. Il y a moins de gros rochers. On s'offre encore quelques belles courbes pour franchir le ressaut du vallon de Terre Rouge, puis la neige devient pourrie : 2 belles chutes à mettre à mon actif. La fixation saute et me voilà la tête dans la poudre.

Retour à Isola à 16 h, quand le soleil disparaît derrière la tête de Pélevos et le Mont Saint Sauveur. Pour une première, nous affichons prés de 1000 mètres de déniv. Et quelques lourdeurs dans mes jambes.


Commenter cet article

Viking 13/12/2006 09:27

Ca fait du bien de voir un peu le Mercantour dans ses habits d'hiver. On voit la nouvelle retenue collinaire d'Isola sur la dernière photo. Une sacrée piscine!!!! Avec toute cette neige de culture on skie jusqu'en juin 2007 à Isola?

Frédéric Delmonte 14/12/2006 09:49

Même avec une telle piscine, qui défigure le bas du vallon pour monter au col Mercière, ils n'ont pas pu ouvrir la station le 25 novembre, comme annoncé. d'où une grosse interrogation sur l'utilité des canons à neige alors que les températures sont à la hausse, même en altitude...

alex06 11/12/2006 20:58

et bien belle rando je vois...
moi j'ai trainé mes peaux du côté de la vésubie aux lac graverette et cette croûte a été une très rude épreuve à la descente..entre les rochers du vallon du nègre...une horreur!!
impossible de tourner convenablement...mais j'ai entendu dire (et lire maintenant..) que malgré cette croutasse c'est mieux du côté d'isola...
a revancher!!
de belles gamelles en vésubie comme en tinée...