Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Serrière de Lombarde 1 - Cordée GMA 0

20 Novembre 2006, 16:37pm

Publié par Frédéric Delmonte

La Serrière de Lombarde a été plus forte que nous. Son sommet, ce sera pour une autre fois, pour ce printemps certainement... Il nous restait à peine 80 mètres pour rejoindre la crête et aller toucher un de ses sommets, en plein soleil. On est resté à l'ombre de la face Nord, bloqué sur un gendarmes, dont on a du mal à distinguer l'existence depuis le bas de la face, ou le col de la Lombarde. On n'était plus très loin, mais... Un passage un peu raide, au rocher foireux et aux prises obstruées par la neige et la glace a eu raison de notre volonté. Le passage n'était pas insurmontable, mais pas facile non plus. Trois mètres de rocher vertical à franchir. Voyez plutôt : "Je dégage la neige d'un rocher pour y poser le pied. Pose une sangle autour d'un bloc... qui dans trente seconde va céder sur le poids de mon corps. Je m'agrippe sur un rocher déversant. Il y a une bonne prise de main, mais pour le pied... Juste un petit graton un peu gelé. Tient pas ! Il faut absolument traverser d'un mètre pour se rétablir sur l'arête et continuer l'aventure. Le sommet est pas loin (photo ci-dessous. Le passage est à gauche, sur la photo). On le voit maintenant, il nous nargue, éclairé par le soleil, bien au chaud alors qu'on galère depuis 2 h dans la face Nord.

Je pose un gros coinceur dans un bonne fissure. Tente le passage... Le pied tient toujours pas pas. Avec les gants, difficile d'assurer la prise et pour corser le tout, le rocher qui retenait la sangle s'est barré. Bon, redescendre, regarder à côté, à droite, puis à gauche. Faire le point : 1. il est un peu plus de 12 h 30, 2. il reste une bonne portion d'arête avant de sortir 3. trop tard pour faire la traversée des arêtes 4. le mauvais temps arrive doucement 5. du sommet, je ne sais pas si ce sera facile de redescendre". Voilà pour ceux qui n'y étaient pas. Maintenant, prendre une décision : «  On s'arrête là et on s'échappe par le grand couloir de neige qui est à 30 mètres en dessous de nous sur la droite. Ce sera plus simple et sécurisant ». On est vers 2 600 mètres d'altitude, assis sur un des gendarmes de la face Nord. Le soleil vient d'arriver. Le panorama est plutôt agréable. Avant de redescendre, on décide de casser la croûte.

 La Serrière de Lombarde vient de nous marquer un but !
 

Retour en arrière. 9 heures. Le matin, on était pourtant parti confiant et plein d'entrain du chalet des douanes, sur la route du col de la Lombarde. De la neige : 5 cm et du gel. Un ciel bleu, du soleil. Que demander de plus ? Quelques centaines de mètres plus loin, on avait quitté la route pour grimper vers la base de la face Nord de la Serrière de Lombarde. Pour y arriver, il avait fallu traverser un chaos de pierres recouvertes par 10 cm d'une neige gelée. Pas de soleil, peu de lumière, le froid : une ambiance austère d'hiver. Voilà les éboulis. On avait brassé la neige pour remonter en direction d'une des arêtes menant à la crête sommitale. L'objectif de la journée était de monter à la Serrière de la Lombarde, entre la cime de la Lombarde et la tête de Comba Grossa, au dessus d'Isola. Une montagne un peu mystérieuse, un peu trop proche de la station, mais avec un intéressant parcours de crête. Je voulais voir ça d'un peu plus prés. Ah, le charme des vieilles courses, des parcours oubliés, en terrain d'aventure !

 

Pour préparer ce périple, peu d'informations. Est-elle souvent parcourue ? Dans le « Gass », cette course est la numéro 26. L'arête Sud Ouest a apparemment été ouverte le 31 mai 1929. Le topo est succinct : « gravir le contrefort par son versant Nord en s'élevant par une crête en rive droite du couloir issu du P. 2677 m. De là, suivre au mieux le fil de l'arête jusqu'au sommet ».

Ouais...Facile à imaginer quand on lit le topo, bien au chaud chez soi... Sur place, au pied de la face, pas évident de s'y retrouver. Relire le topo photocopié : «  du col de la Lombarde rejoindre le pied de l'arête par un bon sentier ». Le sentier y est bien, mais aprés,il se perd dans la neige. Faut-il prendre le grand couloir, l'arête à droite du grand couloir, une autre ? (sur la photo ci-dessous, on voit le grand couloir à droite et le petit à gauche). La question est vite tranchée : « de toute façon, c'est du terrain d'aventure, on verra bien ». Donc, on part pour ouvrir une variante...Nous avons pris l'arête à gauche du petit couloir, situé à gauche du grand couloir. Pourquoi ? Elle semblait attirante. S'équiper : baudrier, quincaillerie, sangles, les crampons dans le sac, le piolet à porter de main. C'est parti : je me suis engagé dans un premier couloir avec neige, rochers glacés et terre gelée. Pas évident d'y trouver une bonne prise, ou un point pour s'assurer. Trente mètres à jardiner, puis voilà deux pins au tronc accueillant (photo ci-dessous. Premier relais : Damien et Franck me rejoignent. Une petite traversée sur la gauche pour rattraper les bons rochers et voilà vingt mètres de grimpe en direction de l'arête. Second relais sur un flamme de pierre. De là, l'arête est en neige, une bonne poudreuse de 30 à 50 cm d'épaisseur (la seconde photo dessous : en regardant bien, on voit 2 silhouettes dans le blanc). Ce sera de la corde tendue pour aller rejoindre une goulotte pas trop inclinée. Peu de prises pour placer des protections. Décidant que l'ancrage du piolet est une bien meilleur assurance, je poursuis en direction de l'arête 60 mètres au dessus. Il faut brasser la neige. A chaque pas, de la poudre froide rentre dans mes chaussures. Les guêtres du pantalon arrivent au mollet. Pratique pour garder les poils des jambes au sec, mais pour les chaussettes, c'est une autre histoire... Continuer, stoïque et concentré sur l'essentiel : le piolet et les « vibram » qui ne doivent pas glisser. Un rocher sort de la neige.Une fissure (petite). J'y glisse un coinceur (petit...très petit). Continuer. Dix mètres plus haut, un second rocher avec un belle fissure : y mettre un friend. Puis continuer vers les rochers de l'arête. Il reste un dernier passage un peu raide à franchir. Je cherche les pierres et dégage les prises avec la main. Le piolet est bien ancré. Serrer la main droite sur son manche. Serrer les doigts de la main gauche sur un belle pierre. Je pousse, monte les pieds et voilà : un rayon de soleil vient réchauffer mon visage. Après 2 h à 2 h 30 de crapahut dans l'ombre et le froid de la face Nord, l'accueil est réconfortant. Second bonne nouvelle, un beau rocher est là pour recevoir ma grande sangle. Relais ! Mes deux compagnes d'aventure arrivent. On se trouve sur un gendarme de la face Nord. La suite, vous la connaissez... Un beau but, qui n'est pas arrivé à gâcher la bonne ambiance de cette journée. L'essentiel était de venir tâter la première neige et de passer quelques heures en montagne. Les piolets, les crampons, les friends, les sangles, et tout le bazard, c'était presque un prétexte. De notre observatoire, on a pu admirer le col de la Lombarde et les environ. La proximité de la station vient un peu casser  l'ambiance "course sauvage".Maintenant, il faut redescendre.Pour terminer l'exercice en beauté, on pause un rappel autour du bon becquet, pour plonger 50 mètres plus bas, en plein dans le grand couloir Nord.Un couloir que l'on redescend en piolet et crampons. Retour au chemin, avec le soleil qui disparait derrière les nuages, puis à la piste dans le bas de la grande combe. Voilà la voiture. il est 15 h 30. (nouvelle version du texte avec photos de FD et de FC)

 

Notre itinéraire :

Voilà en rouge, notre itinéraire, une variante maison pour tenter d'accéder aux arêtes sommitales. Aprés réflexion, le plus simple pour rejoindre les arêtes de la Serrière de Lombarde est de remonter le grand couloir (en jaune) qui mène à la pointe 2 677 m (en jaune). Il est plus pratique de l'emprunter quand il est en neige. Du haut, on est au pied de l'arête. Remonter vers le premier sommet de l 'arête SW. En regardant cette photo, on aurait dû monter direct dans le couloir et suivre les arêtes de là. Mais bon, on avait envie de tater le rocher, alors... Aventure, aventure et au final "variante".

Plus d'infos : http://alpinisme.camptocamp.com/sortie9989.html

Appel à infos : Si quelqu'un a déjà fait cette course, ou une autre sur la Serrière de Lombarde merci de confirmer, ou de me passer quelques infos.

Bon à savoir : le grand couloir peut être intéressant à skier par bonne neige.


Commenter cet article