Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

J'ai pédalé sur le Pepoiri

7 Septembre 2009, 08:59am

Publié par Fred06

J’ai enfin la réponse à une question existentielle que je me posais depuis un moment en consultant la carte IGN de la haute Vésubie : peut-on monter en VTT au Mont Pepoiri (2674 mètres) ?

Oui, on peut, mais il faut être un peu "maso" pour oser y hisser les 13 kg et des poussières de mon fidèle Trek. En résumé, la pente est dure et la montée est longue ! Ça monte, ça monte sévère même. Quand on roule, on est tout le temps à la limite de l’adhérence et de son physique. Quand ça ne roule pas, il faut pousser. Fort et trés souvent Et quand on peut plus pousser, il faut porter, beaucoup et sur des sentiers instables : environ sur 500 mètres de dénivelé, sur les 1 200 ...  A ce régime là, le Pepoiri n’a pas dû en voir beaucoup de VTT. Une raison de plus pour y aller. Et le panorama y est à couper le souffle. Alors ?


Départ du Col Saint-Martin, à la Colmiane, par un frais matin de septembre. Direction la route qui mène à la via ferrata, que l’on quitte au 3eme lacet pour prendre la petite piste balisée « VTT ». A la croix de Blachères, prendre à gauche en direction du Baou de la Frema. La montée commence fort. On pousse et on se demande ce que l’on fait là. Le sol se dérobe sous les pieds : un pas en avant, deux en arrière. Heureusement quelques mètres plus loin, la piste permet de pédaler. C’est alors un ravissement de sortir de la forêt de mélèzes pour roulerdans les alpages, avec comme panorama la chaîne du Mercantour. Mais pas le temps de rêvasser : il faut appuyer sec  sur les pédales et se concentrer sur sa roue avant, son équilibre et éviter que la roue motrice ne commence à patiner. Compliqué et fatigant !


Au dessus du Baou, première grosse difficulté : la piste s’arrête à la cabane de berger. A partir de là, il ne faut plus espérer trop pédaler. Déjà que… Bon, on est à 2200 mètres , il en reste encore 474 à gravir… Qu'est ce qu'on fait ? On continue ! Le premier gros portage se fait sous la tête du Brec. A son sommet (2566 m), la course est presque gagnée. Le sommet est en vue et surtout on peut pédaler, sur une piste trialisante, puis roulante, jusqu’au collet marqué 2544 m. L'ambiance, elle est à la hauteur des efforts fournis. C'est même le principal intérêt de cette rando VTT. Quel panorama et quelle sensation de rouler en plein ciel.


Le court répis passé, place au second gros et long portage, jusqu’au sommet. Les randonneurs croisés sous le sommet n’en croient pas leurs yeux… " Y'à un gars qui mponte avec son vélo sur le dos !". " çà pèse combien ce truc ?" me demande-ton. Réponse : " un âne mort !". Je leur explique que je suis sorti de la piste cyclable et que je la cherche... Le sentier, enfin ce qu'il en reste se perd  entre les éboulis et il grimpe. A pieds c'est délicat, alors avec un VTT sur le dos. Enfin  voilà le sommet, 3 heures après le départ. Il fait oublier la fatigue.


Le VTT se repose un peu et profite du paysage (de la mer au Pelvoux dans les Ecrins), avant d’attaquer une descente d’anthologie : un plongeon de 1400 m  jusqu’à la route de la Colmiane… Le casque est bien serré, les genouillières  et coudières enfilées (les rochers qui assiègent le sentier de chaque côté n’autorisent pas vraiment d’erreur de pilotage…). On s’élance en direction du Col du Barn, qui fait office de frontière avec le parc, avec sous les pieds 300 mètres de vide et les lacs tout en bas. C'est beau, et c'est un privilège rare que de dévaler un tel single sur un VTT, à cette altitude, à cet endroit et avec ce paysage.


Petite déception. Après le collet marqué 2575 m sur la carte, il faudra gagner le col en portant le vélo. Frustrant à la descente, mais le sentier n’est pas accueillant pour un deux roues. C’est au col du Barn que le sentier devient plus intéressant, tout en restant très exigeant. Des cailloux de partout, un passage étroit, la pente sur la gauche… Au lacs long, puis rond, le single se fait ludique.

Petite remontée pour aller au col de Vellos et c’est la grosse et ultime descente vers la route. Elle emprunte la descente balisée par la station de la Colmiane. Du caillouteux et du technique aussi. Du rapide. De la prairie et du sous-bois. Il y en a pour tous les goûts !

Fin de la descente : heureusement, le freion à disque arrière est en train de lâcher. Tout en bas, une petite fontaine offre un rafraichissement bienvenu, avant de remonter par la route à la station.

Commenter cet article