Versant Océan, la rencontre de la mer et de la montagne

Publié le 12 Août 2008

"Versant Océan"

Lionel Daudet et Isabelle Autissier

Grasset

Le 7éme festival du livre de montagne de l’Argentière-La-Bessée vient de décerner le grand prix "Ecrins-Desmain" à «  Versant Océan » de Lionel Daudet et Isabelle Autissier, paru en avril 2008 chez Grasset. Les mauvaises langues noteront que Lionel Daudet habite à l’Argentière-La-Bessée et que la commune ne pouvait faire autrement que de distinguer un de ses plus célèbres habitants. Mais les mauvaises langues ont tord ! Avec « Versant Océan » Dod et Autissier viennent d’écrire à quatre mains un très beau livre d’aventure mer/montagne, richement illustré avec des photos de qualité et d’un format original. Cet ouvrage devrait recevoir d’autres récompenses. A lire de toute urgence.

Voici mon post :

Combien de temps trois marins et trois alpinistes peuvent-ils se supporter ? Pour le savoir Lionel Daudet et Isabelle Autissier ont monté «  Georgia Sat 2007 », une audacieuse expédition mer-montagne en Georgie du Sud. Son principe ? Embarquer les six protagonistes à bord de « ADA », un solide Plan Joubert de 15 mètres de long. Les secouer pendant la traversée entre Ushuaïa et la baie d’Elsehul sur une mer du Sud qui n’autorise aucune erreur. On est ici bien loin d’une croisière d’agrément…. Sur place, abandonner les alpinistes à leur triste sort : la traversée de la Georgie et l’ascension de quelques-uns de ses sommets. Pour ceux qui ne connaissent pas la Georgies du Sud, voici ce qu’en disent Isabelle Autissier et Lionel Daudet : «  tu prends les Alpes, tu découpes à partir de 2000 mètres et tu poses cela dans l’océan austral, des pics et des bosses de partout, des sommets qui n’ont même pas encore de nom, nappé de neige glacée, servi avec 40 nœuds de vent , pour que ça mousse bien, en haut comme en bas ». Voilà pour le cadre. Une fois sur place, pendant que les alpinistes s’amusent, obliger les marins à naviguer le long des côtes en évitant les dangers : courants traitres, rochers pointus, icebergs fourbes, et chutes de séracs en mer, etc… Comme ce jeu est un peu trop simple, les marins et les alpinistes doivent régulièrement se retrouver, notamment pour se ravitailler. Le voilier se transforme alors en refuge avec chaussettes humides et cirés mouillés au dessus du poile. La cohabitation est bonne-enfant, comme l’esprit de cette expédition.

On est ici dans de la montagne et de la navigation heureuses. Pas de volonté de record, pas de recherche de l’extrême (même si les conditions le sont), pas de désir de se mettre en avant en sur-médiatisant l’évènement et en le pervertissant. Lionel Daudet et Isabelle Autissier, qui sont chacun dans leur domaine des géants, abordent leur expédition simplement, naturellement comme des sportifs épanouis et qui n’ont plus grand-chose à prouver et à se prouver. Dans leur récit, ils font partager leur aventure tout aussi simplement, avec un plaisir communicatif. «  Au retour nous avons soif de dire de témoigner  de cette beauté fragile  et de partager le bonheur et l’admiration qu’elle nous  a inspiré » écrivent Lionel et Isabelle. Leur aventure garde tout le temps un visage humain et leur récit arrive à rendre cet esprit. C’est peut-être là la grande réussite de ce livre. Pas de superlatif, pas d’anecdote extrême comme  dans « Conquérant de l’impossible » de Mike Horn, pas d’esbroufe pour vendre l’aventure aux médias grand public.

Mais surtout avec «  Versant Océan », Isabelle Autissier et Lionel Daudet réinventent le récit d’aventure. Le livre est abordé comme un Abécédaire, où Isabelle et Lionel prennent la plume chacun à leur tour. L’alpiniste parle de mer et la navigatrice de montagne avec un même plaisir. Ce va et vient entre deux univers finalement très proches fait tout l’intérêt de l’ouvrage. Les marins auront envie de grimper et les alpinistes de naviguer. Et ceux qui ne connaissent pas l’un ou l’autre de ces univers peuvent en saisir quelques aspects. Des mots comme « Barre », «  Vent », « Quart » constituent autant d’entrées de lecture et sont prétexte à évoquer une anecdote de l’aventure. Il n’y a pas vraiment de fil conducteur dans ce livre. Ces auteurs  abordent leur expédition un peu comme une discussion entre amis, avec des anecdotes et des récits qui viennent au fur et à mesure de la lecture. Et tout au long de ces paragraphes, le lecteur tombe sur de très belles illustrations, beaucoup de photos sur des doubles pages. On peut y voir les alpinistes progresser sur des déserts blancs immenses, ou les marins se débattent avec ADA. Les paysages sont à couper le souffle. La faune n’est pas oubliée et de très nombreuses images permettent de découvrir les éléphants des mers, les manchots ou autaries. Les plus belles photos sont sans aucun doute celles qui arrivent à rendre compte de l’immensité des lieux et de la rencontre entre la montagne et l’océan.

Au moment de refermer ce livre,  à regret une impression d’ensemble vient à l’esprit. On n’a peut-être pas le récit d’ensemble de la traversée, mais des moments forts et peut-être l’essentiel restent : le sentiment de liberté, l’esprit d’équipe, le bonheur de découvrir et d’être en montagne (ou en mer), la satisfaction de vivre son rêve. L’aventure tout simplement.

Rédigé par Fred06

Publié dans #Livres de montagne

Repost 0
Commenter cet article