Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Berhault", la biographie polémique

par Fred06 4 Juin 2008, 19:16 Livres de montagne

"Berhault", la biographie polémique

"Berhault"

Michel Bricola et Dominique Potard

Editions Guerin, mais 2008, 55 euros

« Berhault » de Michel Bricola et Dominique Potard est certainement un des meilleurs livres de montagne que j'ai lu. Et pour une biographie, genre souvent rébarbatif, ce n’est pas évident. Ne cherchez pas ici de récit haletant d’ascension, de compte rendu de première, ou débat philosophique sur la prise de risque en montagne. « Berhault » raconte juste l'histoire d'un homme. D’un homme face à la montagne et de la façon dont cette relation absolue l'a transformé. Du sale gosse qui traverse Monaco en mobylette, à l'icône médiatique qui disparaît sur une arête neigeuse en Suisse Michel Bricola, ami et confident de Patrick Berhault, revient sur un parcours exceptionnel, avec pas mal d'illustrations appartenant à la famille et aux proches, et aussi quelques très beaux clichés de photographes reconnus. Et le texte se montre à la hauteur des illustrations et du bonhomme.

Berhault, l'alpiniste, a marqué ce sport par des ascensions époustouflantes. Berhault,  le vagabond qui traverse les montagnes, a laissé une trace dans la société : celle d'un homme libre qui tourne le dos aux contraintes et part vivre à son rythme et selon ses envies, dans le Verdon, dans une ferme du massif central et plus généralement en montagne, en harmonie avec une nature dans laquelle il se sent comme chez lui. Et Berhault, l'homme, seul et fragile, selon Bricola, qui lors de sa dernières aventure, l'ascension des 82 sommets de plus de 4000 mètres des Alpes ne s'appartient plus totalement, comme dépassé par sa notoriété et ses engagements avec ses sponsors, dont fait partie le conseil général des Alpes-Maritimes. Berhaukt qui tombe, conne titre Libération.

Si beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur les ascensions de Patrick Berhault en revanche, les deux derniers chapitres du livre de Bricola, «  le piège de la notoriété » et «  un archipel de 82 îles » montrent l'alpiniste sous un nouveau jour. La thèse soutenue par Bricola est la suivante : «  Patrick s'enferme de plus en plus dans un système qui l'éloigne de ses vrais valeurs : simplicité, authenticité, liberté. Il ne se laisse plus gouverner par ses sensations, son instinct. Aujourd'hui d'autres forces guident ses choix » écrit Michel Bricola, à la page 236, avant de raconter la dernière aventure alpine, celle des 82 sommets. Après la présentation à la presse de «  Au fil des 4 000 », Bricola juge que «  l'Alpinisme à la Berhault s'accommode mal de ce show médiatique ». Il lui en aurait parlé et Patrick aurait répondu : «  Tu vois, il n'y a que toi qui me parles comme ça... Alors qu'est ce qu'il faut que je fasse, j'arrête tout ? ». Mais Berhault décide de continuer.

 

 

La cordée Berhault-Magnin, qui a bien des égards est devenue aussi célèbre qu'une cordée Terray-Lachenal, ou Paragot-Berardini, s'élance dans une course folle. Les 4 000 tombent. Les uns après les autres. Les forçats de l’Alpe repoussent les limites, jouant avec le temps, la fatigue et le vide. L’aventure, leur aventure, est fantastique et les images que tout le monde a gardés en tête sont fabuleuses. Une cordée qui court dans le ciel, volant au dessus des arêtes, des sommets. Et la cordée Berhault-Magin s’apprête à rentrer dans l’histoire de l’alpinisme de la plus belle façon. Mais il y a eu ce drame.

 

Et quatre ans après, Michel Bricola brise l'intimité de ce lien entre Berhault et Magnin. Il raconte le mauvais temps qui s'invite, la fatigue qui rend la progression plus délicate, les chutes de Berhault et de Magnin, mais aussi le doute qui commence à s'installer chez ce dernier. Il arrêtera même sa progression pendant 2 jours, avant de se laisser convaincre par Patrick de continuer. Il raconte aussi l'épisode de la pellicule perdue, avec les photos de 2 sommets. Patrick a promis à son sponsor les photos des 82 sommets. Alors, il veut y retourner pour poser. Et Michel laisse comprendre que Patrick Berhault n’est plus seulement en montagne pour lui. Puis arrive brutalement la fin : la chute, le vide, la détresse de Magnin. Et Berhault n'est plus là.

 

Bricola devait-il raconter tout çà ? Devait-il briser l'intimité de la cordée Berhault-Magnin ? Avait-il le droit de dire que Berhault s'est laissé embarquer dans une aventure qui n'était plus seulement la sienne, qu'il s'est laissé dépasser par les évènements ? Ne devait-il pas s'en tenir à l'image de l'alpiniste au grand coeur,  le génie de la montagne au contact facile, l'homme  abordable et chaleureux ?

 

Chacun a son idée sur la question. Pour ma part, je pense que oui, il fallait le faire. Toute la biographie de Michel Bricola est basée sur un principe : « Berobocop » était un homme, avec ses faiblesses et ses forces. Et son parcours en est que plus prestigieux.

commentaires

Bruno W 06/06/2008 19:03

J'avais déjà entendu des controverses sur l'homme. Des rencontres enthousiastes, des avis mitigés, etc. Mais un homme aussi passionné et médiatisé est forcément balloté par les jugements... Il n'en reste pas moins un souvenir plein d'admiration et d'envie. Je lui aurais même dédié un hommage (http://le7econtinent.over-blog.com/article-14076038.html)Bel article en tout cas. Ca fait plaisir de réentendre parler de lui.

Haut de page