Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Avalanche d'Isola 2000 : le témoignage d'un des rescapés

15 Mars 2008, 19:26pm

Certains d'entre-vous ont probablement lu l'information que je reprenais dans un précédent "post", concernant l'avalanche déclenchée en fin de semaine à Isola 2000, entre la cime de Méné et la cime des Crosilles. Un free-rider avait été emporté par un plaque qu'il avait déclenchée à son passage. Ensevelli par la coulée, il avait été secouru par ses 3 camarades au bout de 7 minutes. Tous étaient équipés d'ARVA-pelle-sonde et étaient entraînés à leur utilisation. Cet accident a eu lieu aprés un épisode négeux suivi d'un fort vent. De mémoire, le risque était de 3.
En réaction à ce post, un des protagonistes de cet accident avait laissé un commentaire. Je l'ai contacté et il a bien voulu apporter son témoignage. Je le publie volontier sur ce blog lieu d'échanges entre montagnards, non pour juger, mais pour faire partager au plus grand nombre leur histoire (qui s'est bien terminée) et essayer d'en tirer une leçon.

Les lieux:
Ci dessous la carte des lieux et l'itinéraire de montée (en pointillés) tel que j'ai pu le reconstituer à l'aide du témoignage. La zone d'avalanche est en rouge :

m-n--copie-2.jpg

 Le témoignage :
 "
Nous  étions tous les 4 équipés de la trilogie APS, nous communiquions par Talkie Walkie. Nous nous sommes engagés dans l'un des couloirs qui plonge de la crête qui mène à la cime des Crosilles. Une fois à l'arrivée du Ts Méné, il
faut rejoindre la crête au dessus et marcher pendant 15 à 20 minutes. Le couloir est orienté nord-est et démarre vers 2400 m pour déboucher dans un vallon vers les 2200m. Nous venions de descendre un couloir du même secteur accessible depuis le télésiège sans déchausser, nous avions repéré celui-ci depuis le fond du vallon. L'accident s'est déroulé entre 11h30 et 12h30. Je suis partit en premier pour "tester" la pente. Bien qu'étant en snow-board, avec le dernier (celui qui s'est fait coffrer), nous avions le meilleur niveau de descente du groupe. Le dernier s'était posté pour
photographier les descentes. J'ai descendu la première moitié du couloir en allant d'échappatoire en échappatoire et en tentant de purger le couloir à certains points stratégiques. La deuxième moitié ne présentant pas de "refuge", j'ai descendu en grandes courbes pour rester léger et en sortir le plus vite possible. Une fois en bas, je me suis mis hors du cône de déjection du couloir, à l’abri et j'ai contacté le reste du groupe pour envoyer le deuxième.
Celui-ci m'a rejoint et j'ai dit à la radio d'envoyer le troisième. Celui-ci a eu un problème au cours de la descente, ses skis bottaient la neige et il n'arrivait pas à descendre de façon fluide. Il a descendu le couloir en traversant les pentes comme un "S". C'est sans doute ce qui a causé le plus de contraintes au manteau neigeux mais on ne peut pas lui
jeter la faute, le problème venant de ses skis et non de son niveau. Nous avons dit au dernier de nous rejoindre via la radio, peu de temps après nous l’a entendu crier et une grosse plaque l'emportait en se
dirigeant vers nous avec un aérosol en fin de coulée. Nous avons pu nous écarter de la trajectoire de la coulée, avons
contacté par téléphone des amis pisteurs et avons entamé la recherche ARVA. Par chance, il a été transporté jusqu'à peu près notre niveau ce qui nous a évité de trop remonter à pieds (heureusement car on brassait
jusqu'à la taille). Nous avons dégagé son visage au bout de 7 minutes et les pisteurs sont arrivés dans la minute suivante nous aidant à déneiger le reste du corps. Ces derniers jours, le vent venait de l'ouest/nord ouest, c'est une
plaque sous le vent qui s'est décroché quand le dernier skieur est allé chercher une contre-pente sur le coté du couloir pour faire sa trace... La plaque s'est décroché sur toute la largeur du couloir dans sa partie
médiane, devait mesurer 60cm d'épaisseur et a coulé encore une bonne centaine de mètre après la sortie du couloir. La neige était bonne dans le couloir, une poudreuse légèrement tassée par le redoux.
Nous essayons de nous entraîner régulièrement aux exercices ARVA, 2 membres du groupe avait participé l'année dernière a une formation nivologie proposée par l'ANENA, nous avons pris toutes les précautions d'usage mais cela n'a pas suffit. L'ensemble du groupe avait conscience des risques. En tant qu'"ouvreur", en me dirigeant seul au départ du couloir (les 3 autres étaient disposés de façon à ce que je sois visible jusqu'à ma sortie du couloir), j'ai ressentie vraiment fort pour la première fois cette mauvaise intuition. La prochaine fois que je la ressens ce sera demi-tour directement !!!
C'était la première fois que nous étions confronté à une avalanche ".

A la fin de son témoignage, Thomas a tenu à remercier le " professionnalisme et la sympathie des pisteurs d'Isola 2000 et du PGHM chez qui nous avons fait un débriefing qui ne nous ont pas "grondé" mais presque félicité (réconforté en fait) d'avoir dégager notre ami avant leur arrivée ".

Commenter cet article

amnye 21/03/2008 16:41

salut Tombien contente que tu sois indemne !j'ai vu aussi le sujet sur skipass via l'autre forum ! les photos de la coulée sont bien impressionnante !A+

Thomas 19/03/2008 17:32

Bonjour, plus d'infos ici : http://www.skipass.com/blogs/tomdieu/24230-avalanche-.html