Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aventuralpines

Courir 55 km et plus si affinités à l'Ultrachampsaur

9 Juillet 2017, 16:26pm

Publié par Aventuralpines

Col de Chorges, sous le Piolit

Col de Chorges, sous le Piolit

Sublime et sadique !

Voilà à quoi je pense, au moment d'entamer la descente vers Orcières, depuis le Roc d'Alibrandes à 2 407 mètres d'altitude. Cela fait exactement 4 heures que je cours sur le 55 km de l'Ultrachampsaur. Et le parcours de ce trail est sublime, mais sadique.

Sublime, parce qu'il a été pensé pour parcourir quelques-uns des plus beaux sentiers du Champsaur.

Sadique, parce qu'il prend un malin plaisir à faire subir aux trailers des montagnes russes infernales pour le palpitant et les jambes.

Parce que depuis le Roc d'Alibrandes, on voit très bien la vallée du Drac, 1 200 mètres plus bas. Il va falloir y descendre. On a aussi une vue imprenable sur le col de la Rouannette situé à 2 403 mètres d'altitude... Le passage est là aussi obligatoire.

Vous l'aurez compris, le parcours conduit en bas de la vallée, puis tout en haut, ou presque...

La vue sur la Rouannette, en face, depuis le Roc d'Alibrandes.

La vue sur la Rouannette, en face, depuis le Roc d'Alibrandes.

Depuis 6 heures, ce matin, on en prend plein les yeux et les jambes.

Pont du Fossé, le hameau des Richards, la forêt du Drac et la belle descente vers la vallée de Champoléon et le hameau des Borels, où un ravito nous attendait. C'était l'occasion de reprendre un peu des forces avant l'interminable montée vers le sommet de la station d'Orcières, via le hameau de Méollion et sa forêt enchanteresse. 

Premières lueurs avant d'attaquer la forêt du Drac

Premières lueurs avant d'attaquer la forêt du Drac

La forêt de Méollion au petit matin.

La forêt de Méollion au petit matin.

Le Sirac recouvert de neige fraîche.

Le Sirac recouvert de neige fraîche.

Ce 55 km est un coriace... L'essentiel du dénivelé positif se situe avant le 40 éme kilomètre. Il faut en garder dans le cuissot pour espérer boucler.

C'est la montée de la Rouannette qui jouera le juge de paix de cette édition 2017. La première partie est pentue et sous une chaleur désagréable. Il faut boire et profiter de la moindre ombre. La traversée du hameau des Audiberts et de la forêt d'Archinard est tout de même un beau moment.

Le ravitaillement fait du bien, car le chemin est encore long avant le col. Surtout que plus on en rapproche, plus la pente est raide. Ce qui n'arrange rien...

J'explose dans les alpages. Il fait chaud, on remonte en altitude et je pense ne m'être pas suffisamment alimenté au dernier ravitaillement... Il faut que je m'arrête quelques minutes faire le point et reprendre des forces.

Col de la Rouannette...

Col de la Rouannette...

Au col des bénévoles nous attendent en même temps que le brouillard. D'estivale l'ambiance devient automnale. Et la température baisse. La descente vers les alpages de la Cabane se font dans une ambiance mystérieuse. Les sentiers sont agréables à courir. Ils deviennent plus délicats pour traverser sous la col de la Coupa. Gros cailloux instables. Les chevilles n'aiment pas trop.

Le ravitaillement avant le col de Chorges fait du bien. Surtout que la vue de la pyramide sommitale du Piolit n'a rien de rassurante. Les nuages se sont levés et depuis tout à l'heure on aperçoit de petits points noir s'échiner sur la crête. Des concurrents !

Montée au Piolit.

Montée au Piolit.

Finalement la montée au Piolit n'est pas si terrible que çà et le paysage fait oublier l'effort. Je savoure l'instant. J'en suis au 44éme kilomètre.

Il va falloir redescendre maintenant. 10 km de dégringolade, avec une petite remontée sur route de 100 mètres de dénivelé. Si la première partie de la descente est intéressante et agréable, sur un sentier technique et rapide en sous-bois, la fin du parcours est moins bien. Une piste caillouteuse...

L'arrivée à Ancelle se fait en musique. L'Ultrachampsaur est à ranger dans les beaux trails alpins. Un parcours à faire !

Commenter cet article