Extra Trail des 4 Monts de Toulon

Publié le 4 Janvier 2016

Descente vers Toulon depuis le Baou

Descente vers Toulon depuis le Baou

Voilà, je viens de cocher sur ma liste des #40ans40sommets, les 6, 7, 8 et 9 : le Mont-Caume, le Baou de Quatre Aures, le Faron et le Coudon...

Je les ai enchaînés en une grosse matinée de trailrunning, avec un départ à la frontale pour pimenter un peu plus l'aventure : 45 km, 2.200 mètres de dénivelé et prés de 7 heures de crapahute d'un sentier à l'autre à jouer à "saute-monts" autour de Toulon.

Pour cette nouvelle aventure, je suis retourné là où tout a commencé pour moi, il y a quelques années. Je voulais retrouver les sentiers et falaises de mon adolescence : ceux calcaires et abrasifs du Faron, qui ont maltraité tant de carcasses de mes pneus de VTT, les grandes voies du Baou et du Coudon qui m'ont causé de vertigineuses appréhensions, le bitume usé de mes premières virées sur route au Mont-Caumes, et, depuis le Coudon, le panorama vers le Mercantour enneigé qui me donnait envie et, que je fréquenterai assidûment en ski de rando bien plus tard...

La carte des 4 Monts de Toulon

La vidéo de cette virée

Le récit des 45 km

Départ un peu après 6 heures du matin. Le village du Revest dort encore. La montée de nuit au Mont-Caume, 600 mètres plus haut, se fait hors du temps, dans ma bulle qui se limite au halo de la frontale et au rythme de ma respiration. La notion du temps disparait. Je m'enfonce dans la forêt, ses bruits mystérieux et ses odeurs humides, avant d'en ressortir sur la zone d'atterrissage des parapentes, à la hauteur de la route.

La suite se fait droit dans le pentu, pour couper perpendiculairement les courbes de niveau. C'est sportif et çà réveille. J'arrive pile sous le fortin.

Je touche le sommet en même temps que les premiers rayons du soleil, encore loin sur l'horizon. Le vent est fort, l'air froid et le paysage dégagé. Les morceaux de ferraille des anciennes cahutes militaires battent sur les murs tagués par des squaters. Dans la nuit on dirait une base abandonnée après une défaite. C'est lugubre... Ou presque.

Côté Méditerranée, j'ai l'impression de voir les silhouettes des montagnes de Corse, au loin.

Tout en bas Toulon se réveille.

#Toulon au petit matin depuis le Mont Caume #var #tourismepaca #Provence

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

Direction le col du Corps de Garde. La nuit s'échappe, laissant place à la lumière orangée du matin. La descente est rapide et plutôt agréable à faire entre éclairage à la frontale et premières lueurs du jour.

Au col, la montée vers le Baou de Quatre Auros est une formalité.

Une fois sur le plateau, la piste conduit vite au sommet, que j’atteins alors que le soleil se lève sur les îles d'Hyères.

J'arrive au Baou en même temps que les premiers rayons directs du soleil. Ce sera le moment le plus marquant de cette virée, celui que je garderai en mémoire.

Le #Faron et #Toulon depuis le Baou #Provence #tourismepaca

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

La descente qui suit est technique. Dans l’éboulis qui longe la barre Sud Est du Baou, j'essaie de me concentrer tout en regardant le départ des grandes voies : le jardin suspendu et surtout la E.T, la grande voie des Excursionnistes Toulonnais.

L'arbre noir mort,qui marque le premier relais, est toujours là. Il en a vue passer des cordées celui-là. Dans mes souvenirs la falaise semblait bien plus haute et inquiétante, pour l'apprenti "alpiniste" que j'étais.

#baou #Toulon #falaise #et

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

Tranquillement je me laisse descendre vers les villas des Quatre Chemins, puis au Jonquet. Le quartier se réveille. J'ai l'impression de retrouver la civilisation après une virée de plusieurs mois dans la brousse. Je ne suis parti que depuis 2 h 30...

Il faut attaquer la deuxième difficulté de la journée : le Faron. Un peu plus de 500 mètres à remonter d'un coup, ou presque, via le sentier militaire en lacets qui démarre à la citerne. Je passe à côté de l'école d'escalade et poursuit ma route à travers les pins et les rochers calcaires.

Ce sentier, je l'ai remonté ou descendu des dizaines de fois à pied, en courant ou en VTT. Je le connais presque pas cœur et c'est sans faire attention de l'effort fournis que j'atteins l'arrivée du téléphérique.

La vue sur Toulon et la rade est toujours aussi belle.

Ne pas crier victoire trop vite ! Le véritable sommet du Faron est encore loin. Il faut traverser le plateau sommital et aller le chercher après le zoo et la caserne du centre.

Je le rejoins en restant le long de la crête, pour donner un côté alpin à l'ascension. Le vent est froid et au loin on distingue la neige fraîche tombée sur le Verdon et le Mercantour.

#coudon depuis le #Faron #var #Provence

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

La suite, pour aller cherche le Coudon, va être longue... Il faut redescendre à Fort Faron par une piste, puis retrouver la corniche de Toulon, via de très jolis sentiers en balcon au dessus de la rade. Ensuite ? On court sur du goudron pour traverser La Valette et gagner le vallon de Baudouvin.

Retour sur la terre, avec la piste du vallon de la Sorbière.

Il faut prendre son mal en patience et garder le rythme sur une grande distance, parce que la montée n'est pas terminée... Il reste 450 mètres à grimper et 4 km, en remontant la route, quelques éboulis et en suivant la crête, à partir du départ des grandes voies. Là aussi le cheminement se fait plus alpin, avec le vide à main droite et quelques rochers à "grimpouiller". Les derniers mètres se font dans une végétation dense... Trop.

Sommet ! Enfin...

#rade de #Toulon #var #Provence

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

Je viens de boucler mon 4éme sommet de la journée et le 9éme sur ma liste, mais la virée est loin d'être terminée.

Si le reste du parcours descend, il faut encore avaler une dizaine de kilomètres, sur route, puis sur le GR, à un endroit où les rochers empêchent de courir, puis sur une bonne piste sur laquelle on peut allonger et faire regrimper la moyenne horaire.

Heureusement, la dernière descente se fait avec la vue sur le barrage et le village du Revest. Je m'offre un tour du barrage par le canal pour savourer ces derniers instants.

Le #Revest #barrage #var

Une photo publiée par aventuralpines (@aventuralpines) le

Rédigé par Aventuralpines

Publié dans #Aventures alpines

Repost 0
Commenter cet article